Discord
RSS
RSS
AccueilEncyclopédiePrédéfinisGuide du JoueurQuestionsMusique

Forum de RP dans le monde d'Ewilan, de Pierre Bottero. De nombreuses années ont passé depuis les aventures d’Ewilan et de ses compagnons et l’Empire a plus que jamais besoin de votre assistance.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Mornay Adol

avatar
Adol Mornay
Maître Marchombre
Adol Mornay
Marchombre | Alavirien | Maître Marchombre

Généralités

Nom | Mornay
Prénom | Adol
Sexe | Homme
Âge | 32
Lieu de Naissance | Al-Jeit
Peuple | Alavirien
Métier | Maître Marchombre
©️

Description Physique

Glace qui résonne ~ Surprise d'un souffle ~ Caverne sombre | Mornay Adol
    Son pas lent et souple conduit Adol Mornay dans les rues surpeuplées d’Al-Jeit. Flânant au hasard des étals sans but particulier, il savoure son retour dans la ville qui l’a vue naître. Souriant à la foule et au soleil, Adol se fond et coule à travers la vie citadine comme si personnes étaient sur son chemin. Bien que pas très imposant, il dégage une aura de calme et d’assurance. Cherchant à présent une terrasse ou s’assoir pour se désaltérer, ses pas le mène vers une place ombragée où une fontaine répand sa fraicheur. La commande passée, Adol observe les badauds de ses grands yeux bleu-gris et se lance dans un de ses passe-temps favoris en se grattant sa courte barbe. Il essaye de deviner d’où ils viennent et où ils vont. Les heures s’écoulent paisiblement quand une brise s’engouffre dans la place et se glisse dans les vêtements ample d’Adol qui cache une fine armure de cuir patinée par les années de service. Ses cheveux noir grisonnant bien que court ondule légèrement à l’arrivée de cette brise, passant sa main dedans il savoure l’instant et s’étire longuement. Suivant ce vent comme un message il se leva, paya, et reprit sa démarche lente et assurée. Il n’est pas spécialement beau, son visage allongé dénote avec sa mâchoire prononcée et son large sourire. Son corps finement musclé ne lui a encore jamais fait défaut, souple et entrainé il ne lui manque que la vitesse qu’il compense grâce à son expérience et à sa faculté propre d’anticipation. Bien qu’il ne cherche jamais le combat et essaiera toujours de l’éviter, Adol préfère se battre à mains nues et s’il y ai contraint, utilisera sa lame qu’il porte à la ceinture. Un arc particulièrement court pend dans son dos, les connaisseurs reconnaîtront qu’il est de fabrication faël mais adapté pour qu’un humain puisse s’en servir.

Caractère

Eau limpide silencieuse ~ Vague sous la tempête ~ Calme | Mornay Adol
    Adol est curieux de nature ce qui lui valut plusieurs cicatrices mais aussi les plus belles expériences de sa vie. Questionnant le monde entier quand il était jeune, il apprit à toucher à tout et se découvrit une passion pour la cuisine. Cherchant à tout prix des réponses, il est prêt à parcourir le monde pour les trouver sans jamais perdre espoir grâce à son optimisme persistant et contagieux. Il a confiance en lui et n’hésite pas à confier la sienne en justifiant que « C’est en étant responsable que l’on apprend le mieux et la confiance que quelqu’un te confie est l’une des plus grandes responsabilités. » Patient face au conflit, il essayera de temporiser avec calme et diplomatie mais ne laissera aucune chance si la situation dégénère. Il n’a eu qu’une seule expérience d’échec total qui a détruit son monde mais il refuse de céder au défaitisme et s’est retrouvé plus solide suite à cette épreuve. Souvent en voyage, Adol est sociable et est un bon conteur lui permettant d’avoir souvent une place dans les caravanes qui sillonnent Gwendalavir. Il s’est désintéressé de la politique au fil des années et ne se considère plus comme un citoyen de l’empire. Il avance seul sur la voie depuis 10 ans et rêve de réunifier les marchombres autour de la quête de l’harmonie et à pour but de réveiller le Rentaï de quelque façon que ce soit. L’incompréhension qui le submergea lors de son ascension le taraude encore et refuse d’abandonner cet héritage. Mené par cette obsession, Adol parcours les chemins recherchant des savoirs oubliés et d’anciens marchombres retiré qui vivent reclus du monde. Son maître a essayé de l’en dissuader et de se résigner ce qui a causé leur séparation. Obsédé par ce but, Adol passe régulièrement à côté d’histoire d’amour qui lui aurais fait découvrir une nouvelle facette de la voie et peut-être même lui apporter certaines réponses.

Histoire

Rêve d'harmonie infinie ~ à la poursuite de l'ombre ~ Brume suspendu sur la lune | Mornay Adol
    Adol Mornay est le deuxième fils d’une famille aisée d’Al-jeit. Complètement délaissé au profit de son ainé, il essaya tant bien que mal de trouver sa place. Quand il eu l’âge de commencer à étudier, sa sœur vint au monde accaparant le peu d’attention qui restait après son frère. Il passait donc le plus clair de son temps à vagabonder dans les rues en compagnie des enfants sauvages comme ils s’appelaient mais était quand même obligé d’assister à ses cours pour ne pas risquer de ternir la réputation de l’héritier. Une vraie relation fraternelle se créa avec sa petite sœur et elle commença, dès qu’elle le put, à essayer de le suivre partout où il allait. Un de leur jeu préféré était un concours d’escalade que tous les enfants sauvages devaient réussir au moins une fois, le but était de cueillir une fleur sur les plus hauts balcons du quartier. C’était à ce moment qu’Adol se séparait de sa petite sœur pour la journée en luis disant « Ne t’inquiète pas Maën, je rentrerais ce soir » et il lui glissait dans la main la fleur qu’il avait cueillit.

    Plusieurs années s’écoulèrent emportant avec elles l’insouciance et renforçant la solidité d’Adol. Sa vie l’étouffait, il restait de plus en plus tard dans les rues repoussant le moment où il devrait rentrer. Ses journées commençaient à l’aube pour suivre les cours qu’il trouvait interminable pendant toute la matinée pour subir ensuite le repas familial journalier. Il se renfermait alors sur lui-même et supportait une heure d’éloge à propos de son frère, de la beauté de sa sœur et du titre de noblesse que ses parents convoitaient tant. Pendant ces déjeuners, il imaginait qu’une bulle l’enveloppait et que les mots qui l’entourait glissaient dessus comme une brise passagère. S’échappant dès qu’il le pouvait, il regagnait les rues et les quartiers plus à l’est de la ville. Sa sœur ne le suivait plus, elle était contrainte à des cours d’étiquette pour dame qu’il trouvait proprement hilarant mais qui le privait de sa seule famille.

    La journée se terminait et l’obscurité se déversait entre les hautes tours d’Al-Jeit dont les passerelles s’illuminaient les unes après les autres. Adol traîna des pieds sur le chemin de la maison familiale éclairé par les premiers rayons de lune. Il arriva enfin en vue de la demeure. Un sentiment de malaise s’insinua en lui. Chaque pas le rapprocha un peu plus de la porte et quand il posa sa main sur la poignée il fut pris de vertige. Son cœur lui battait les tempes, ses pensés tournoyaient lui brouillant l’esprit, il ne savait que faire. Concentrant toute sa volonté il recula et arracha sa main qui était comme engluée à la poignée et tout s’arrêta. Il respira profondément plusieurs fois pour se calmer tout en s’éloignant de la porte quand une réalité s’imposa en lui l’emplissant d’un calme serin : il était libre ! Cette certitude maintenant gravée au fer rouge dans son esprit lui étira un large sourire. Adol se détourna de la maison et repartit le nez en l’air dans la ville qui s’endormait lentement. Submergé par une vague de bonheur, il se mit à courir sans but savourant le vent qui lui sifflait aux oreilles. Pendant sa course euphorique, son attention fut attirée par une mélodie lointaine. Il s’arrêta pour écouter plus attentivement et se laissa guider au fil des rues. La curiosité lui fit presser le pas et l’amena au pied d’une tour d’où provenait, il en était persuadé, l’air mystérieux. Sans aucune hésitation, il commença à escalader les premiers étages. A mi-chemin, il dépassa les bâtiments alentour et une vue imprenable s’ouvrit devant lui. Grimpant maintenant avec plus d’avidité, il prit des risques inconsidérés mais atteignit sans encombre le sommet. Adol passa sa tête au-dessus du toit et se retrouva nez à nez avec une femme tenant un curieux instrument à vent qu’elle décolla lentement de sa bouche. Elle était belle, elle le fixa en écarquillant ses grands yeux d’un noir profond quand un sourire se dessina lentement sur son doux visage et elle porta à nouveau son instrument et recommença à jouer sans aucun commentaire. Emerveillé par cette rencontre improbable, Adol s’assit calmement comme si au moindre geste déplacé, cette curieuse apparition se serait évaporée. Elle avait les cheveux court, comme lui, c’était la première fois qu’il voyait cette coupe sur une femme. Elle jouait les yeux fermés, lui n’arrivait tout simplement pas à décrocher son regard de peur qu’elle ne disparaisse. Ils restèrent ainsi une heure face à face, quand la mélodie se finit enfin. Elle rangea son instrument et se leva dans le même mouvement fluide qui prit Adol au dépourvu. Le temps qu’il déploie ses membres ankylosés, elle lui adressa un dernier clin d’œil et disparut dans l’obscurité en contre-bas. Il essaya de la rattraper mais en se penchant par-dessus le toit, il ne vit qu’une ruelle sombre. Adol se précipita de descendre au plus vite la tour quand arrivé aux derniers étages, il trébucha et tomba de plusieurs mètres. Ia chute lui coupa le souffle, il s’appuya sur son coude pour chercher un peu d’air et il aperçut une petite silhouette passer le coin de la ruelle. Soulagé, il s’écroula, rit en contemplant la pleine lune qui brillait au-dessus de lui et récupéra lentement de sa chute.

    Un an avait passé depuis cette rencontre, un an qu’il vivait et travaillait à l’auberge de la porte de rubis. Cette vision l’avait obsédé pendant des mois, il entendait la mélodie en rêve et avait passé des nuits entières sur les toits de la ville. Pendant cette année il rassembla assez d’argent pour partir d’Al-Jeit par ses propres moyens, abandonnant l’espoir de revoir cette mystérieuse femme. Il décida de partir le plus rapidement possible, il rassembla ses possessions et alla se promener une dernière fois dans les rues de son ancien quartier. Il retrouva facilement les balcons fleuris et flâna jusqu’au soir regardant la pleine lune monter à l’horizon. Sur le chemin de l’auberge, il retrouva la fameuse tour qu’il escalada avec bien plus de facilité qu’un an auparavant. Arrivé au faitage, Adol écarta les bras et sourit à la lune tandis qu’une fine brise lui apporta un parfum qui l’interpela. Suivant son instinct il se tourna dans la direction du vent et ferma les yeux. Une mélodie lui parvenait, La mélodie ! Il s’élança, courant sur les toits, il se rapprochait de plus en plus en sachant exactement où aller. La tour Hallit, il savait ce qu’il trouverait en haut mais l’ascension ne serait pas si facile. Les prises étaient rares mais ferme il devait étendre ses gestes au maximum pour les attraper. L’adrénaline le porta sur les derniers étages et il atteignit enfin la terrasse finale. Epuisé Adol s’agenouilla complètement essoufflé et contempla pour la deuxième fois la femme aux cheveux court qui l’accueillit avec un sourire mais il ne décela aucune surprise. Elle finit le morceau qu’elle jouait et rangea son instrument, prit de peur Adol se leva d’un bond mais elle ne fit pas mine de vouloir se lever. Elle le regarda droit dans les yeux et lui demanda « Sais-tu ce qu’est un Marchombre ? »

    Trois ans, trois surprenantes, merveilleuses, éprouvantes années où Adol suivit Arya Veranys sur la voie du marchombre. Suivant son désir de voyager, elle le mena dans les montagnes de l’est où elle avait grandi pour lui apprendre la VRAIE escalade comme elle aimait le souligner. Ils traversèrent les plateaux de l’est obligé parfois de se frayer un chemin à coup de lames à travers les bandits quand ils n’arrivaient pas à les contourner. N’ayant que très rarement quitté Al-Jeit, Adol savait nager « comme une planche » d’après Arya qui le jeta au lac Chen sans aucune pitié. Longeant le lac, ils passèrent le Pollimage et restèrent en lisère de la forêt d’Ombreuse malgré les insistances d’Adol, Arya les conduisit jusqu’à Al-Far. Ils prirent part à une caravane de marchant qui traversait la forêt de Baraïl et qui avait pour destination Illuin la capitale du pays Faël. Adol apprit à tirer à l’arc auprès d’un jeune faël du nom de Lou qui les accompagna pendant toute la traversée de son pays. De là, ils embarquèrent sur un bateau au sud qui les amena jusqu’à l’embouchure du Pollimage où ils purent contempler l’Arche sous le plus bel angle qui soit. De retour à Al-Jeit après deux ans et demi, Arya présenta Adol au conseil et aux épreuves de l’Ahn-Ju. La confiance de son maître poussa Adol à se surpasser l’aidant à accomplir les trois défis. Persuadé que sa réussite ne devait pas s’arrêter là, il se mit en tête de trouver le Rentaï et supplia Arya de le guider sur cette voie. Tiraillé entre la déception de voir son élève devenir présomptueux et la fierté de le voir s’épanouir ainsi, elle opta pour l’espoir, l’espoir qu’il parvienne au bout du chemin qu’elle-même avait abandonné. Ils se dirigèrent donc vers le Désert des Murmures où se trouvait la montagne sacrée endormie depuis maintenant plus d’un siècle. Adol laissa son instinct lui confier un cap et guider ses pas qui le conduire au cœur du désert en subissant une tempête de sable particulièrement longue qui disparut quasiment instantanément quand il arriva au pied d’une falaise. La roche rouge était luisante et chaude, polie par des milliers d’années de vent et de sable, la paroi était difficilement praticable. Il lui fallut une journée pour trouver une faille horizontale invisible d’en bas qui pénétrait au cœur de la montagne. Avançant dans un dédale de galerie depuis plusieurs heure, Adol perdait de vue la notion de temps et se perdit complètement. Une journée passa alors qu’il déambulait à travers l’obscurité impénétrable de la montagne et il fini par s’écrouler de fatigue dans un éco d’éclaboussure. Il se réveilla à l’ombre d’un arbre, au cœur d’une oasis à l’extérieur du Rentaï. Ravalent sa honte et son égo, il se promis à lui-même de ne plus jamais céder à la prétention. Effleurant la pierre rouge une dernière fois il sentit qu’un équilibre étais brisé, une intuition qui le taraude encore aujourd’hui 10 ans plus tard. A son retour, Arya essaya d’alléger la déception de son élève mais Adol l’avait déjà accepté et transformé en une volonté de trouver une solution pour que les générations futures de marchombre aient la possibilité de solliciter la greffe. En cherchant à le détourner de ce but, elle ne fit que renforcer sa conviction et provoqua une rupture à la fin de son apprentissage.

Informations personnelles

Citation de vous même | solfter
Pseudo | solfter
Age réel | 25
Pays d'origine | France
Parlez-nous de vous | Je suis artisan ferronnier / serveur (^^' oui je sais ça ne va pas ensemble mais j'aime ces deux métier) je suis curieux et patient. J'aime lire, écouter de la musique, cuisiner, le sport et les jeux vidéo !
Familier avec l'univers de Pierre Bottero ? "D'un Monde à l'Autre" fut mon premier "vrai" livre (sans image ^^) que j'ai dévoré à l'âge de 10 ans. J'ai bien sur lu les trois trilogie plusieurs fois par la suite.

Comment avez vous connu le forum ? En cherchant des infos et de l'inspiration pour un RP perso que je suis entrain de créer avec des amis =]
Un commentaire sur le forum ? Inattendu et inespéré pour un fan voulant revivre des aventures en Gwendalavir !

Demandes particulières | D'indulgence ! (je suis bien plus à l'aise à l'oral qu'à l'écrit ^^')
PS: Je continuerais les 10 ans à part ;)

Code |
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Syane Ril'Devah
Frontalière
Fiche Validée


Bienvenue sur le forum, Adol et je peux déclarer cette fiche officiellement VALIDÉE de suite !

J'aime beaucoup ton personnage, j'hésite à le kidnapper pour qu'il me fasse office de cuisinier. Frog

Bon, blague à part, il n'y avait pas beaucoup besoin d'indulgence, la fiche est très bien. Il y a juste le paragraphe de la description physique qui contient pas mal de fautes d’orthographe et d'accord, mais comme j'en vois beaucoup moins (voir pas) dans la suite de la fiche, je suppose que c'est juste de l'inattention. :)

N'hésite pas à faire ton journal de personnage.
Tu peux également faire une demande de RP et une demande de lien.
Enfin, tu peux allez jeter un œil aux quêtes !

L'équipe administrative reste toujours disponible pour toutes demandes ou questions.
Bienvenue encore parmi nous et bon jeu !  


Voir le profil de l'utilisateur http://www.ewilanrpg.com

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum