RSS
RSS
AccueilEncyclopédiePrédéfinisGuide du JoueurQuestionsMusique

Forum de RP dans le monde d'Ewilan, de Pierre Bottero. De nombreuses années ont passé depuis les aventures d’Ewilan et de ses compagnons et l’Empire a plus que jamais besoin de votre assistance.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

La force implacable du printemps

avatar
Rhéa Syriambre
Voleuse et herboriste
Rhéa déposa sa tasse de thé vide sur la table basse, puis se leva. Le goût vif des épices que Silvani avait utilisées pour le breuvage taquinait encore son palais et infusait une sensation de légèreté dans son esprit.

-Merci, Silvani. C’était particulièrement délicieux, mais je vais vous laisser. Je voudrais avoir le temps d’aller explorer les environs avant que le soir ne tombe.

-Maintenant, tu es certaine ? Nous avions plutôt prévu la cueillette pour demain,
tenta Altúro en déposant sa tasse à son tour.

-Je sais, mais ça te laissera un peu de temps seul avec Silvani. C’était aussi ça qui tu avais prévu, non ?

Elle décocha un clin d’œil moqueur à Altúro, qui s’empourpra un peu, mais se garda de répliquer, passa devant le couple, sortit sans oublier une petite besace qui contenait quelques provisions et instruments.

-Je ne rentrerai peut-être pas, lança t-elle en refermant derrière elle.

Une fois dehors, la douceur printanière la happa de plein fouet. Soleil batailleur, bourgeons à l’assaut des jeunes arbres et une fraîcheur qui contenait le soupir d’agonie de l’hiver. Le tableau habituel. Derrière la maisonnette de Silvani, un sentier s’enfonçait dans un boisé comme un ver dans un fruit trop mûr. Rhéa l’emprunta sans hésitation, l’esprit absent.

À bien y réfléchir, de l’avis de Rhéa, le printemps, bien plus que l’été, représentait la saison des amoureux.

La jeune femme souriait en son for intérieur : elle se réjouissait pour Altúro, son ami et associé avec qui elle tenait une boutique d’herboristerie à Al-Jeit. Plusieurs semaines auparavant, il avait rencontré Silvani, une femme vive et au moins aussi charmante que lui. Une fois n’était pas coutume, il s’était rapidement attaché à elle et filait un parfait début d’idylle. Propriétaire d’une terre maraîchère, Silvani vendait ses produits à la capitale dans un marché qu’Altúro fréquentait depuis peu. Puisque la saison d’un champignon prisé par les bourgeois venait de commencer dans les bois environnants, Altúro avait utilisé le prétexte pour visiter Silvani. Pour faire sa joyeuse emmerdeuse et s’extirper un moment du tourbillon de ses activités interlopes en ville, Rhéa s’était greffée au voyage. Que la boutique soit fermée un jour ou deux ne causerait aucun véritable tort. Leurs affaires se portaient assez bien pour éponger une escapade.

En s’écartant du sentier, comme Silvani l’avait promis, Rhéa distingua sans mal les premiers chapeaux beiges dans le voisinage des vieux chênes. Ce champignon ne détenait d’autres vertus botaniques que de charmer les papilles et d’être à la mode depuis quelques années auprès des alaviriens. (En fait, on prétendait même que Merwyn en personne en avait raffolé en son temps.) De sorte qu’une herboristerie comme Le Chant de l’enjôleuse se voyait dans l’obligation de se plier à la demande toujours croissante de la population. Altúro et Rhéa savaient pertinemment qu’on s’arracherait les premiers arrivages. Une chance que Silvani leur avait indiqué avec précision l’emplacement de certaines grappes, ils détiendraient un petit avantage sur quelques concurrents. Peut-être.

Armée d’un petit couteau à la lame rétractable, qui avait servi des desseins plus obscurs que la simple cueillette de champignons, Rhéa se mit à la tâche avec une efficacité forgée par l’habitude.

***

Le soir tombait, l’odeur de la terre humide montait jusqu’à Rhéa. Ses mains, les genoux de son pantalon de toile, sa chemise d’homme blanche étaient tachés, elle portait un sac rempli de champignons sur son dos. Ses cheveux noirs ramenés en queue de cheval révélaient un visage plus grave qu’à l’accoutumée. Du haut d’un petit talus, elle observait un village d’où s’élevait une modeste tour bâtie dans une pierre rosée. Elle l’avait reconnue. Cette tour. La jeune femme jeta un rapide coup d’œil derrière elle, vers la direction d’où elle arrivait. De toute façon, elle avait déjà pris une décision.

L’herboriste prit la direction du hameau, le cœur battant. Une angoisse froide dans les veines. Un rire nerveux coincé dans la gorge. C’était tout de même absurde de penser que, toutes ces années, elle avait vécu si près de ce village sans le savoir. Un village dans lequel elle avait fait halte avec son père lorsqu’ils s’enfuyaient dans le sud de l’Empire. Un comme tant d’autres, à la différence de cette fameuse tour qui abritait une petite caserne de soldats. Du moins, d’après ce qu’elle se rappelait.

Elle atteignit les premiers bâtiments, la tête bourdonnante de souvenirs. Parfois, oui, parfois, elle se demandait ce qui avait bien pu advenir de sa famille, de son père qui l’avait confiée à celui d’Altúro, voilà quatorze ans. Elle était sans nouvelles de lui, depuis ce jour. À 10 ans, Rhéa avait tué par accident Tolt, le fils du maire de son village natal. Un événement qui avait poussé sa jeune vie dans un escalier. En catastrophe, son père, un marchand itinérant, avait tout laissé en plan pour la protéger. Il avait réussi. C’était tout ce dont Rhéa pouvait jurer. Lui. Sa mère. Son oncle. Ils avaient réussi à protéger une petite fille du crime qu’elle avait commis. Mais à quel prix ? Aujourd’hui, cette petite fille, devenue une femme, atteignait une place au centre du hameau. Elle s’asseyait sur un muret, ouvrait une petite besace pour en tirer une pomme, du pain et du fromage. Elle se mit à manger. Et à réfléchir, sans se soucier des branches bourgeonnantes d’un petit arbre qui caressait son bras, agité par une brise. Rhéa se souvenait de la chasseuse de primes qui avait passé à deux doigts de les appréhender, elle et son père, après plusieurs mois sur les routes. Donc, elle savait. Elle savait que la vérité sur le sort qu’avait connu sa famille ne pourrait pas lui plaire, et c’était sans doute pourquoi elle évitait d’habitude de s’appesantir sur ces réflexions. Elle leva les yeux sur la tour, haute et immuable. Mais il y aurait toujours sur sa route quelque chose d'implacable pour la précipiter dans le vide de son passé, à un moment ou à un autre. Quelque chose pour lui retirer ses présomptions et lui briser les os. Philosophe, Rhéa se disait qu’elle l’acceptait. Cependant, elle oubliait qu’elle mentait bien, y compris à elle-même.


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Anatar Cheabard
Rêveur itinérant
Anatar avait décidé de faire une petite halte dans le premier village qu’il croiserait, afin d’acheter des vivres pour se préparer à son pèlerinage chez ses confrères de Fériane. Ses jours à Al-Jeit étaient terminés, jusqu’à son prochain passage, et il avait envie de s’accorder quelques temps de repos et d’apprentissage chez les Rêveurs de l’Est, pour voir comment ils appréhendaient le Rêve. Le jeune homme avait toujours été convaincu que confronter les idées était une bonne façon de n’en retirer que le meilleur et ses professeurs de Tintiane l’avaient encouragé à rendre visite, au cours de ses pérégrinations, à leurs cousins des autres monastères.

Ainsi donc, après deux jours passés à la capitale pour chercher une opportunité de travail intéressante, sans succès, il avait décidé de saisir sa chance et de se lancer dans ce périple de deux jours de marche à bonne allure. Il s’inquiétait de savoir si ses chaussures allaient tenir la distance, le cuir bouilli commençant sérieusement à s’affiner sous sa plante de pieds. Il faudrait pourtant bien qu’elles tiennent jusqu’à Fériane, il se ravitaillerait là-bas. Il n’avait de toute façon pas vraiment les moyens de s’acheter lui-même une paire de souliers.

Arrivant donc sur la placette du village sur lequel il avait jeté son dévolu, il chercha du regard un magasin, une échoppe ou même une taverne qui eut pu lui vendre la nourriture qu’il cherchait. Il était tard, aussi songea-t-il qu’il serait peut-être judicieux d’également chercher un logement pour la nuit. D’habitude, lorsqu’il voyageait dans les caravanes, les fermes fortifiées sur la route du nord hébergeaient gentiment les passants. Dans le sud le discours n’était pas le même, l’aumône ne faisait plus trop partie des mœurs et il était souvent obligé de payer son lit. C’était assez contraignant mais Anatar avait su s’en accommoder.
Une fois le tour fait de la place, le jeune homme se rendit compte qu’il ne devait pas être au bon endroit car il n’avait rien vu qui puisse correspondre à ce qu’il cherchait. Peut-être que les bâtiments de commerce étaient dans une autre rue, sur une autre place, mais enfin, ce village n’avait pourtant pas l’air si grand…

Il s’apprêtait à reprendre sa route quand son pied buta contre un caillou particulièrement vicieux qui entailla le cuir de sa chaussure déjà agonisant. Lâchant un juron propre aux bas quartiers d’Al-Far dans une crispation des dents, Anatar boitilla jusqu’à un muret proche pour examiner l’ampleur des dégâts.
Son gros orteil était entaillé et cela serait sans doute un problème pour son pèlerinage. La blessure n'était pas gravissime mais elle serait assez douloureuse pour l'embêter jusqu'à son arrivée à destination. Sortant un bandage et de l'alcool de sa maigre besace, il désinfecta puis enroula son orteil dans un pansement de fortune en quelques gestes experts et contempla son œuvre.
Jugeant que ça ferait l'affaire, il remit sa chaussure et contempla d’un air navré le trou qui pointait au bout, désespéré de ne pouvoir dérouler son Rêve dessus ou à défaut d'avoir du fil et une aiguille pour raccommoder son soulier.

Soupirant, il s’apprêtait à repartir quand il s'aperçut qu’il avait élu domicile à côté d’une jeune femme. Se raidissant instinctivement d’être en compagnie de quelqu’un, il se redressa lentement et saisit sa chance. Si elle trainait là, elle était peut-être du village ? Peut-être pourrait-elle le renseigner ?

“Euh excusez-moi mademoiselle, est-ce que vous pourriez m’indiquer une auberge où je pourrais passer la nuit ? Et éventuellement un endroit où je pourrais acheter à manger ?”

Tandis que le silence se prolongeait, Anatar sentit son malaise grandir. Dansant d’un pied sur l’autre pour s’occuper, il ajouta finalement quelques mots, pressé de couper court à cette tentative de sociabilisation qui partait sur un échec.

“Je suis désolé de vous avoir dérangé, vous n’êtes peut-être pas d’ici, je vais chercher tout seul. Au revoir.”

Puis le jeune homme encapuchonné se détourna, s’immobilisant toutefois pour décider dans quelle rue il allait s’engouffrer pour tenter de trouver son bonheur.
Voir le profil de l'utilisateur

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum