RSS
RSS
AccueilEncyclopédiePrédéfinisGuide du JoueurQuestionsMusique

Forum de RP dans le monde d'Ewilan, de Pierre Bottero. De nombreuses années ont passé depuis les aventures d’Ewilan et de ses compagnons et l’Empire a plus que jamais besoin de votre assistance.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Énéole Til'Drane - Entre les Spires et les intrigues

Aller à la page : 1, 2  Suivant

avatar
Énéole Til'Drane
Dessinatrice de l'Académie
Énéole Til'Drane
Dessinatrice | Noble | Conseillère

Généralités

Nom : Til'Drane
Prénom : Énéole
Sexe : Femme
Âge : 25 ans
Lieu de Naissance : Al-Jeit
Peuple : Alavirien
Métier : Dessinatrice et Conseillère

Crédits :Katarzyna Oleska

Description Physique

« Ma belle ? Ma douce ? Belle, sûrement. Douce, certainement pas. Mais en aucun cas je ne suis tienne. » | Énéole Til'Drane
Un joli minois complimentent certains. Un visage hautain crachent d'autres. On ne peut cependant dénier que cette jeune femme possède des traits délicats et une peau fraîche, que ses lèvres sont attirantes.
Si sa mère est d'un charme simple et naturel, Énéole tient plus de la beauté sophistiquée. Elle se présente toujours bien mise, sauf peut-être surprise au levé du lit : ses longs cheveux châtain sombre tirés en chignon ou ondulant doucement sur ses épaules, une chemise blanche exempte de plis, une longue jupe colorée déroulant ses drapés élégants... Quelques bijoux précieux soulignent délicatement son cou et ses poignets sans pour autant les surcharger.
Des yeux couleur noisette tirant sur l'ambre posent sur les gens ce regard souvent hautain si reproché, qui vire parfois au malicieux, mais rarement à la douceur. Elle apprécie accentuer son regard à l'aide d'une touche sombre, ce qui le rend d'autant plus pénétrant et imposant.
Elle dégage une impression d'assurance et semble à l'aise quelle que soit la situation. Cela est-il uniquement une façade ? L'aventure vous le dira.

Mais peut-être découvrirez-vous Énéole plus échevelée hors de la cité. Elle troque alors la chemise en soie pour une tunique en cuir, l'étole pour une veste en fourrure, la jupe pour un épais pantalon et les escarpins pour des bottes. Quelques brindilles ou feuilles se trouveront alors coincés dans ses cheveux ou les replis de ses vêtements. Son air hautain disparaît presque, comme un masque qu'elle porterait uniquement face aux intrigues citadines. Elle n'en devient pas pour autant douce.

Dépourvue de force, elle grimace à la moindre douleur physique et déteste également qu'on la touche sans son accord. Elle n'est pas particulièrement costaude, mais ne tient pas non plus du fragile brin de paille. Aucun travail physique prononcé n'a marqué ses muscles ou ses mains, tout comme son teint qui possède la pâleur des citadins.
L'endurance est pourtant un de ses atouts et on ne cachera pas que cela lui a parfois rendu service lors de fuites imprévues.

Caractère

« Les apparences sont souvent trompeuses, alors méfiez-vous de la demoiselle en danger. » | Énéole Til'Drane
Malgré cette apparence supérieure et sans tache qu'elle affiche à la capitale, Énéole connaît la vie sur les chemins et n'est pas non plus de celles qui attendent de se faire servir en toutes circonstances. C'est une femme mondaine, mais débrouillarde.

Dotée d'un esprit vif, elle se montre pleine d'initiative et de curiosité, ce qui a pu ravir nombre de ses professeurs. Ses réponses frisent cependant trop souvent l'insolence, sauf avec sa mère envers qui elle fait preuve d'une grande déférence. Cette arrogance peut chauffer les oreilles de plus d'un, et sûrement mérite-t-elle parfois quelques gifles. Elle sait cependant se montrer agréable envers les gens qu'elle respecte ou si elle pense que cela peut tout simplement lui rapporter quelque chose. Elle a ainsi développé des talents de diplomate assez inattendu.

Bien qu'elle adopte habituellement cet air dédaigneux, elle ne méprise pas réellement sans raison. Elle reconnaît volontiers les compétences des autres et sait s'incliner lorsqu'elle a tort. La fierté mal placée n'est pas son credo. En revanche, elle ne pardonne jamais vraiment la grossièreté et la brutalité. Sans avoir une âme de grand chevalier, elle n'apprécie pas l'injustice et surtout la violence gratuite. Si elle peut aider une victime ou punir un bourreau, elle en tirera satisfaction. Elle peut d'ailleurs se révéler particulièrement rusée dans ce genre de moment, préférant rester inaperçue et insoupçonnée.
De même, elle est loyal, mais pas sans faille : elle ne se sacrifiera pas pour les autres, trop lâche pour supporter sa propre souffrance. Si ses intérêts sont en jeu, elle pèsera toujours le pour et le contre, alors tâchez d'être du bon côté de la balance...

Les marques d'affection sont assez rares chez elle. Tout juste l'aura-t-on vu serrer sa mère dans ses bras. Pourtant, elle est sa plus grande source de fierté et elle espère suivre un parcours similaire au sien.
Les sentiments paraissent un pan secret de sa vie auquel aucun amant connu n'a pu accéder jusque-là. Peut-être certains prétendants se lamentent-ils sur les mystères de son cœur...

Histoire


Au fil du Pollimage

Un rire clair et enfantin troubla tout juste la brise calme qui soufflait ce matin-là. De minuscules pas tambourinèrent vivement sur le plancher, avant qu'une petite silhouette ne se jette sur la rambarde en bois. Une exclamation réjouie égaya encore cette douce matinée de printemps :

« Perchée ! »

Énéole se pencha en avant, par dessus le bastingage, pour voir le courant défiler contre la coque du bateau. Les immenses roues à aube brassaient l'eau avec puissance pour braver le fleuve et en remonter le cours. Le vent jouait avec les mèches châtain de la fillette qui, pour les écarter de son visage, leva une main maladroite.

« Ne lâche pas le garde-corps ! », gronda une voix gentille. « Tu vas passer par dessus bord. »

Une étreinte douce mais ferme l'arracha à la rambarde et voilà l'enfant blottie dans les bras de sa mère.

« Mais j'étais perchée. », dit-elle d'un ton légèrement boudeur.

Mira lui rendit un sourire bienveillant avant de l'emporter plus loin, vers la proue. Le navire remontait paisiblement le Pollimage en direction du Lac Chen, qui se trouvait être leur destination. Régulièrement, la Sentinelle prenait congé des tumultes de la capitale et s'en retournait prendre un peu de repos chez ses parents. C'était également l'occasion pour Ciara et Horu de voir leur petite-fille adorée.

« Est-ce que grand-père m'emmènera faire du bateau ? », questionna Énéole, sans cacher son impatience.

« Sûrement, ma chérie. », répondit sa mère en lui caressant les cheveux. « Mais nous n'arriverons pas avant plusieurs heures encore, tu sais. »

La fillette n'ajouta rien, mais se mit à scruter l'horizon avec intensité, comme si cela accélérerait leur arrivée. Elle adorait rendre visite à ses grands-parents. Pas que sa mère ne la choyait pas à Al-Jeit, mais l'attention des grands-parents étaient toujours plus attendrie et aussi bien plus facile à échapper lorsqu'elle souhaitait s'aventurer seule sur les berges du lac.

Énéole se perdit en rêveries. Elle s'imaginait déjà se fabriquer une nouvelle ceinture en cuir avec grand-mère Ciara, ou naviguer follement sur les flots avec grand-père Horu. Son esprit courrait déjà dans ses chemins secrets le long du lac, à la recherche d'un Chuchoteur ou de n'importe quel autre animal intéressant. Elle était tellement absorbé que le premier panache d'eau ne capta pas son attention.

« Tu as vu, Énéole ? »

L'enfant cligna des yeux, sortant de sa torpeur. Et s'exclama immédiatement :

« Oh, une Dame ! »

La fascination créée par ces baleines était évidemment présente chez Énéole, comme chez la plupart des Alaviriens.

« Regarde, elle aussi elle va au Lac Chen ! », ajouta-t-elle innocemment.

Elle avait toujours préféré le trajet au fil du Pollimage que par la route. Cela semblait être également l'avis de sa mère, puisqu'elle ne prenait que rarement la seconde option. Elle aimait l'eau, les navires et aussi les Dames qui approchaient parfois. Celle-ci les devança lentement mais sûrement, fendant le courant avec majesté pour finalement se fondre dans les flots.



Une enfant d'Al-Jeit

« Reprenez une dernière fois, ma Demoiselle. »

Énéole se tint bien droite et inspira profondément. Puis elle entonna à nouveau la ballade d'Ewilan, sur les sons de luth de son professeur. Elle déroula les couplets d'une voix délicate, modulant ses phrasés. Arriva la note finale et le silence se fit.

« Très bien, ma Demoiselle. », conclut-il en déposant son instrument de musique sur la table. « Ce sera tout pour aujourd'hui. »

La jeune fille rangea son livre de chant dans sa sacoche en cuir et s'inclina gracieusement devant lui.

« Merci, Professeur. »

Elle quitta la pièce en refermant la porte en chêne derrière elle, avant de dévaler les escaliers en cristal. Une fois à l'air libre, elle leva les yeux le long de la tour élancée qui scintillait malgré le temps maussade. Elle se rendait ici chaque semaine pour suivre son cours de chant. Parmi tous les enseignements qu'elle suivait, c'était son préféré, ce qui n'avait rien d'étonnant puisque c'était le seul qu'elle avait choisi elle-même.

Énéole appréciait également la géographie, qui la plongeait dans d'intenses rêveries d'aventures hors de la capitale et au-delà des limites connues que représentait Al-Chen et son lac jusqu'à maintenant. Son professeur de géographie la réprimandait souvent pour son manque d'attention, mais comme elle avait toujours réponse aux questions qu'il lui posait alors, cela ne portait pas à conséquence. En revanche, son professeur de littérature se plaignait régulièrement auprès de sa mère à propos de son insolence. L'adolescente détestait par-dessus tout cette matière et, même si pour faire plaisir à sa mère elle restait sage un cours ou deux, elle prenait un malin plaisir à mettre en lumière les incohérences de certains textes à l'étude, qui se révélaient particulièrement ennuyant. Elle sourit à l'un de ces souvenirs, revoyant parfaitement le visage cramoisi et furieux de son professeur après qu'elle lui ait expliqué le non-sens des actes des personnages.

La jeune noble traversait les Hauts-Quartiers, les pans de sa jupe émeraude ondulant au rythme de ses pas. Son regard  ne pouvait évidemment pas éviter l'Académie d'Al-Jeit, visible depuis pratiquement tout le quartier. Elle suivait une partie de son enseignement en ce lieu, notamment des cours d'histoire. Elle ne pouvait cependant s'empêcher de penser au Dessin. Il lui tardait que son Don se révèle, et qu'elle puisse enfin suivre la formation de Dessinatrice et envisager de marcher dans les pas de sa mère. Une peur secrète remontait alors à la surface, la crainte de ne pas avoir un Don suffisamment développé. Elle n'osait pas en parler à Mira, tout en sachant également qu'il était encore trop tôt pour que son Don ne se manifeste. Alors elle se changeait les idées en chantant, prenant son mal en patience.

Énéole atteignit finalement le Lac Miroir, qu'elle entreprit de traverser en prenant quantité de détours. C'était une promenade qu'elle affectionnait et sa mère ne s'inquiéterait pas d'un petit retard. Malgré toutes ces années passées à Al-Jeit, elle restait comme l'enfant émerveillée devant les beautés surréalistes de la cité. Les rayons du soleil créaient des cascades de lumière le long des sentiers, sans en devenir aveuglant. L'ambiance était tout simplement féerique.

Ses pas la menèrent finalement hors du Miroir, tout près de la tour de cristal céruléen où habitait sa mère. Car, contrairement à ce que son rang de Sentinelle lui offrait, Mira Til'Drane avait choisi de conserver son appartement des Hauts-Quartiers plutôt que d'emménager dans l'un des somptueux logements des Très Hauts Quartiers. Elle semblait attachée à cet endroit, mais rejetait également le principe de privilège : certes, sa mère avait trimé pour atteindre cette charge de Sentinelle, mais pas pour dominer les autres. Cela lui valait encore des remarques, mais personne ne pouvait lui nier son talent depuis bien des années maintenant.

Énéole gravit les envolées délicates de marches bleues jusqu'au sommet de la tour et poussa une porte de bois clair.

« Maman, c'est moi ! »



L'histoire des chemins

Le crépitement du feu donnait tout juste une impression de chaleur dans le froid mordant de cette nuit hivernal. Deux formes assises se tenaient blotties tout près des flammes. La lune éclairait de ses rayons argentés les sommets enneigés des Montagnes de l'Est, au loin. Une silhouette se découpait sur le paysage, à l'écart de la lumière du feu de camp, montant la garde.

« Elle savait se défendre, mais elle n'était pas vraiment agressive. Je l'avais élevée depuis toute petite, alors elle était habituée aux humains, aux chevaux… Mais elle chassait tout de même pour se nourrir. »

« Et elle t'a accompagné longtemps ? »

« Tu ne t'en souviens pas, mais elle était encore là quand tu es née. Elle adorait te léchouiller la figure, d'ailleurs. Alors qu'elle aurait pu te mettre tout entier dans sa gueule ! »

Le regard de Mira se fit mélancolique à l'évocation de cette ancienne compagnonne, fidèle et solide. Combien de fois s'était-elle réfugiée dans la chaude fourrure de la tigresse des prairies ?

« C'est vrai qu'elle est morte avant ta troisième année... », souffla-t-elle.

La Sentinelle hocha lentement la tête, songeuse. Elle avait repris la route l'été dernier, emmenant sa fille avec elle. Elle avait pu organiser ce tour du royaume dans le cadre de sa charge, arguant qu'il était important de voir par soi-même comment se portait le pays, et que rester coincé à la capitale n'était pas d'un grand secours. Énéole avait été ravie en apprenant la nouvelle. Après tout, elle était presqu'une adulte. Et depuis le temps qu'elle rêvait d'aventures !

Peut-être la réalité ne correspondait-elle pas tout à fait à son imagination : pas un seul Raïs en vue, tout juste avaient-ils croisés une harde de Coureurs… mais les paysages étaient renversants ! Elle connaissait bien le Lac Chen, et elle était toujours en admiration devant l'Arche. Ce fut d'ailleurs par l'Arche que démarra leur périple. Après cela, Énéole plongeait dans la nouveauté. Et que de nouveautés ! Les Dentelles Vives et leur impressionnantes verticalités, Al-Vor et son marché bariolé, la mystérieuse Ombreuse, Al-Far la mal-famée… Leur trajectoire avait ensuite bifurqué vers l'Est, évitant volontairement les Plateaux d'Astariul. Rien ne pouvait justifier une telle traversée, et la jeune fille n'avait pas particulièrement envie qu'une Goule quitte le domaine des légendes.

« Alors, tu as déjà séjourné plusieurs fois dans la Citadelle. Comment est la Vigie ? », questionna la jeune femme.

La forteresse des fiers Frontaliers était leur prochaine étape, qu'elles comptaient atteindre sur la fin de l'hiver. Les histoires se racontaient en nombre sur ces lieux. Énéole posait de multiples questions, curieuse. L'une d'elles, cependant, ne parvenait pas à franchir ses lèvres : « Qui est mon père ? »
Dans ses récits, sa mère évoquait souvent des compagnons d'aventure. Les nommait parfois. Des hommes et des femmes, Dessinateurs, Marchombres, Frontaliers... certains devenus des amis, d'autres perdus de vue. Mais lui ? Était-ce ce Légionnaire, ou bien ce Dessinateur ? Rien dans le ton ou l'expression de Mira ne lui laissait deviner. Pas la moindre trace de regret ou de tristesse.

En vérité, son père ne lui manquait pas réellement. Elle ignorait tout de son existence et sa mère la comblait. Mais elle avait compris que cette situation n'était pas vraiment normale. Combien de fois lui avait-on demandé qui étaient ses parents ? Sa mère faisait sa fierté. Son père ne portait même pas un nom.

La jeune femme leva les yeux vers la voûte étoilée, perdue dans ses pensées. Ce voyage lui apprenait quantité de choses, tant pratiques que culturelles. Mais elle n'en saurait décidément pas plus sur ce père qui ne s'était jamais manifesté.



Premiers pas dans l'Imagination

Ce furent des doigts fébriles qui serrèrent le chignon strict, boutonnèrent maladroitement les boutons de la chemise immaculée, se battirent  avec le fermoir de la chaîne en argent passée autour de son cou. Énéole sentait son cœur s'accélérer à mesure que l'heure avançait. D'excitation. Comme une enfant avant son premier jour d'école. Et pour cause ! C'était son premier jour à l'Académie de Dessin.

Pourtant, en dehors des gestes peu maîtrisés de ses mains, elle paraissant parfaitement sereine. Elle se tenait bien droite, assise sagement sur les bancs, dans une tenue impeccable. Son petit air hautain parcourut l’amphithéâtre où se tiendrait bientôt le discours de bienvenue aux étudiants de première année. Elle savourait l'ambiance animée, l'agitation de ses camarades. Elle avait majoritairement suivi des cours individuels et n'avait pas été habituée à de telles assemblées.

La jeune étudiante en Dessin avait pourtant cru que son cœur la lâcherait avant. Car son état actuel n'était rien comparé à ce qu'elle avait ressenti le jour de son analyse. Toute l'angoisse qu'elle avait accumulée au fil des années s'était cristallisée à cet instant. Elle s'était sentie défaillir. Heureusement qu'elle se trouvait alors assise dans le cabinet de l'Analyste. Tout juste se rappelait-elle du visage de cette personne. Quel avait été son soulagement lorsqu'elle avait vu les cercles colorés se tracer ! Le doute se levait enfin.

En fermant les yeux, Énéole se souvenait parfaitement de leur forme : un pouvoir et une volonté puissants, une créativité à peine en retrait, le tout plutôt bien agencé. Elle sentit les battements de son cœur se calmer. Sa mère lui avait évidemment appris à dessiner, mais la jeune femme avait toujours conservé un doute au fond d'elle quant à son propre potentiel. L'analyse lui avait permis de gagner en assurance. Elle ne se trouvait qu'au commencement d'une longue route, mais sa détermination à suivre les traces de Mira ne faillirait pas.

Un immense murmure agita la salle, la ramenant au moment présent. Un professeur s'avançait vers le centre de l'amphithéâtre.

« Bienvenue à l'Académie d'Al-Jeit ! »



Plus haut dans les Spires

« Approchez ! Approchez donc, Demoiselle Til'Drane. », s'exclama une voix impérieuse.

Énéole s'exécuta, traversant d'un pas assuré la salle d'audience décorée avec faste, pour se présenter devant l'hôte des lieux. Elle s'inclina élégamment, avant de lui adresser un regard franc.

« Mon Seigneur, que puis-je pour vous ? »

La jeune femme savait qu'une proposition l'attendait et se préparait mentalement à la négociation.

Il y a quelques jours, sa mère l'avait informé que le Seigneur d'Al-Chen désirait la rencontrer.

« Énéole, voilà l'occasion idéale pour te trouver une place à la sortie de l'Académie. Sauf si tu désires te consacrer uniquement au Dessin ! »

Mira avait alors affichée une expression légèrement ironique. Sa fille n'avais effectivement pas hésité longtemps. L'enseignement ou l'étude, très peu pour elle ! Elle avait tout de même pris le temps de réfléchir à la tournure qu'elle souhaitait donner à sa vie après l'Académie. Puis elle avait effectué un pas sur le côté. Cela n'était presque plus qu'une formalité pour elle, désormais, et on ne faisait pas attendre plus longtemps un Seigneur.


Azmor Jil'Vorah, Seigneur d'Al-Chen

Azmor Jil'Vorah. L'homme imposait sa présence, bien qu'il n'ait pas la carrure d'un Thül. Tout tenait à sa prestance et au regard acéré qu'il portait sur le monde. Ici, le pouvoir lui appartenait. Cette première impression passée, l'homme mûr et distingué se révélait, bien portant et élégant. Il avait visiblement goût pour les étoffes précieuses, qu'il portait avec raffinement et dont il avait fait orner la salle.

La future Dessinatrice en savait finalement très peu sur le maître d'Al-Chen. Peu lui importait, à vrai dire. L'important résidait dans ce qu'il pouvait lui offrir. À elle de l'intéresser.

Azmor avait souri à sa question. Il se redressa dans son siège.

« J'ai entendu dire que vos études touchaient bientôt à leur fin. »

« En effet, elle se termine au printemps prochain. »

« Et que vos résultats sont, jusqu'à maintenant, excellents. »

Énéole ne rougit pas, ne cilla pas au compliment.

« Je vous remercie, mon Seigneur. »

Elle ne pouvait cependant s'empêcher de ressentir un trouble. Le Seigneur d'Al-Chen avait-il réellement enquêté sur elle ? Ou bien ses grands-parents avaient-ils vanté ses mérites au souverain de leur cité ? La question ne lui avait pas effleuré l'esprit lorsque sa mère lui avait annoncé la nouvelle.

« Saviez-vous qu'aucun, je dis bien aucun, de mes conseillers n'est capable de comprendre ce qu'il se passe à la cour de l'Empereur ? », assena-t-il.

La jeune femme sentit son cœur accélérer.

« Certainement n'ont-ils pas l'habitude des jeux de la capitale. », répondit-elle avec une tranquillité de façade.

« Alors que vous... ? »

Azmor la jaugea d'un coup d’œil, comme un aigle prêt à fondre sur sa proie. Il n'avait pas traîné ! Pour une fois qu'un noble ne tournait pas autour du pot. Énéole déglutit discrètement. Elle devait prendre un rôle plus prédateur sous peine d'être dévorée.

« Les salons d'Al-Jeit sont mon terrain de chasse. J'y ai mes entrées. »

L'homme se renfonça dans son siège, visiblement sur sa faim.

« Mes conseillers sont cependant très attachés aux intérêts de la cité. Et de leur Seigneur. »

« Vous connaissez sûrement mes grands-parents, Ciara et Horu Til'Drane, tous deux des nobles issus d'Al-Chen. », commença Énéole, guettant une lueur d'approbation dans les yeux de son hôte.

Il la testait et la menait là où il le souhaitait. Alors elle lui récita le couplet familial, se doutant qu'il connaissait parfaitement sa lignée.

« Ils m'ont transmis leur amour d'Al-Chen depuis que je suis toute petite. »

Elle ne prit pas la peine de mentionner sa mère qui, contrairement à elle, était née dans la cité lacustre. Son statut de Sentinelle avait bien plus de poids que son appartenance aux lieux. Bien qu'aucun d'eux ne l'ait mentionné depuis le début de leur conversation, l'une savait que sa mère était un atout dans son camp, tandis que l'autre espérait tirer profit de cette filiation.

« En ce qui vous concerne, je ne demande qu'à vous servir. », conclut-elle sans détour.

Azmor eut un rire grave, se leva de son siège et s'approcha d'elle.

« Voilà qui est parlé, Demoiselle ! », s'exclama-t-il en posant les mains sur ces épaules. « Mais sachez que votre loyauté sera votre salut. »

Le sourire carnassier qu'il lui dédia à cet instant-là resterait gravé dans sa mémoire.

Informations personnelles

« Fée, Dragon,... toujours avec une part d'humanité. » | Reyblaru
Pseudo : Reyblaru
Age réel : 24 ans
Pays d'origine : France

Parlez-nous de vous : Une petite biographie pour apprendre à vous connaître !
Familier avec l'univers de Pierre Bottero? : Oui, familière ! J'ai lu les 3 trilogies liées directement à cet univers, et j'ai fait du rp sur ce thème pendant plusieurs années. Bon, ça date un peu, mais on n'oublie pas vraiment.

Comment avez vous connu le forum ? : J'étais sur une très ancienne version du forum, qui a dû être supprimée (en 2009 ?) avant que ces nouvelles versions soient créées. Un petit coup de nostalgie et me revoilà, je troque Mira pour sa fille fictive.
Un commentaire sur le forum ? : Rien pour le moment !

Demande particulière : /


avatar
Aelya Ceriosé
Marchombre
Bienvenueeeee houray Happy 2
*Couvre Énéole de cookies et de chatons mignons*
J'espère que tu te plairas ici. ♥ Tu as un joli début de fiche, j'aime ta plume :3
Je te souhaite bon courage pour en écrire la fin, au plaisir de te croiser sur la CB ou en RP ! :34:


« Je chante et pleure, et veux faire et défaire,
J’ose et je crains, et je fuis et je suis,
J’heurte et je cède, et j’ombrage et je luis,
J’arrête et cours, je suis pour et contraire. »
[Abraham de Vermeil]


avatar
Kyllian Steredönn
Dresseur de chiens de traineau
Bienvenue en Gwendalavir

Bienvenue sur le forum, Énéole!
*lance des cookies de bienvenue dans les airs*

Je suis vraiment contente de voir une nouvelle dessinatrice! Ça nous prendra un lien avec mon Dc, Kastiel Acciari :09:

Sinon, son caractère s'annonce particulièrement intéressant pour le RP, j'ai vraiment hâte de la voir en action et de pouvoir lire son histoire! Elle me semble un poil jeune pour être conseillère, mais j'attend de voir ton histoire avant de me prononcé définitivement sur la question ;)

Je t'invite à consulter l'Encyclopédie si tu as des questions sur l'univers de Gwendalavir.
Tu peux également aller jeter un œil au Guide du Nouveau Joueur pour t'aider à bien débuter sur le forum et construire ta fiche.
Finalement, tu peux aller faire une demande de Parrainage si tu en ressent le besoin.

N'hésite pas à me contacter personnellement par MP pour toutes demandes ou questions!
Bon courage pour la rédaction de ta fiche :4233:





Administratrice aux cotés de Syane Ril'Devah
Aperçût de mes personnages:
En ligne
avatar
Syane Ril'Devah
Frontalière
Bienvenue à toi ! o/

Je crois que Kylian, alias Alec, t'as déjà dit tout les trucs importants donc il ne me reste qu'à t'offrir des montagnes de brownies. MON DIEU, J'AI FAIM ! Je vais faire des brownies.

Non, mais sinon, sérieusement, je suis très contente de voir des nouveaux dessinateurs ! :D


En ligne
http://www.ewilanrpg.com
avatar
Énéole Til'Drane
Dessinatrice de l'Académie
Merci pour l'accueil ! houray

Puisque tu mentionnes le métier de conseillère, Kyllian, peut-être pourras-tu m'aider sur la question.
C'est vrai qu'Énéole est peut-être encore jeune. Mais y a-t-il un métier qui puisse y mener ?
Je m'explique : Énéole a une formation de dessinatrice, mais s'intéresse plutôt à la politique (même si elle briguerait bien à terme un poste de Sentinelle, et à vrai dire, cela ne me semble pas incompatible). Je ne sais pas si diplomate serait un meilleur début ? (mais pour le compte de qui, là encore)


avatar
Emelyne Edelweiss
Disparue
BIENVENUE. :4233:
*L'ensevelit sous une montagne de cookies.*

Je vais chez Syane manger des brownie, bisous. Non, plus sérieusement, j'ai hâte de voir la fin de ta fiche, j'espère que tu pourras la faire sans problème. Pour tout problème ou demande de lien, n'hésite pas !

(Juste un point en passant : mon Sen a 26 ans et il est conseiller auprès d'un des quatre seigneurs sans même venir d'une famille noble, donc ça ne me semble pas incohérent. Après, il a manipulé tout le monde et a passé deux ans à se plier en quatre pour l'empire, mais bon.)



avatar
Syane Ril'Devah
Frontalière
Tiens d'ailleurs, je viens de réaliser...
C'est un hasard que ton personnage s'appelle Til'Drane ou c'est éventuellement une référence à un ancien personnage que tu aurais eu sur ce forum ?

(Ou peut-être que je cherches trop loin.)


En ligne
http://www.ewilanrpg.com
avatar
Kyllian Steredönn
Dresseur de chiens de traineau
Alors, yep, je peux peut-être t'aider à développer une idée. Déjà, comme l'a mentionné Emy, c'est tout a fait possible qu'elle soit conseillère, il faut simplement trouver la bonne histoire qui te convienne :2055:

D'abord, tu aimerais qu'elle travaille pour qui et ou? En gros, elle peut être dessinatrice et/ou conseillère pour l'Empire, pour l'une des différentes grandes villes de Gwendalavir ou encore pour un noble très haut placé et influent. Son employeur peut aider a définir comment elle est parvenue à ce poste, au sens où les nobles demandent généralement moins d'expérience que l'Empereur en personne pour être sélectionné comme conseiller^^

Ensuite, comme elle est noble j'imagine que la réponse est oui, mais si elle vient d'une famille très influente, cela peut justifier un accès à un poste très important rapidement. Les contactes, ca fait tout dans la vie xD Sinon, si elle s'est grandement démarquée dans ses études, a fait des recherches qui lui ont rapidement acquis une notoriété rapidement... cela peut justifier qu'on ai été la recruter tout de suite après la fin de ses études.

Encore comme l'a mentionné Emy, ça lui prendra beaucoup de travail et d'influence, mais c'est complètement jouable. J'ai essayer de brosser les grandes lignes, mais si tu as d'autres idées cohérentes, tu peux aussi les proposer. Il n'y a pas de voie toute tracée, alors tant que c'est logique, tout devrait bien aller.

Si tu souhaite développer ou valider tes idées avant d'écrire ton histoire, tu peux aussi m'envoyer un MP qu'on en discute, ça me fera plaisir de t'aider houray

Ho, dernier point, c'est en effet complètement compatible de devenir Sentinelle tout en étant conseillère. Généralement, les Sentienlles sont dans les plus proches conseillers de l'Empereur d'ailleurs :09: Si ton personnage est ambitieuse et trime fort en gravissant les échelons, elle pourra certainement atteindre ce poste. Des postes de Sentinelles sont d'ailleurs disponibles actuellement, si l'idée d'en jouer une tout de suite t'intéresse, ce qui serait possible en lui donnant la bonne histoire et en la vieillissant un brin :3 .




Administratrice aux cotés de Syane Ril'Devah
Aperçût de mes personnages:
En ligne
avatar
Énéole Til'Drane
Dessinatrice de l'Académie
Super, merci pour les précisions, Kyllian, cela va m'aider pour construire l'histoire. :)

Emelyne, quand tu parles de quatres seigneurs, ce sont les seigneurs des différentes cités de Gwendalavir ? Cela fait un bout que je n'ai pas touché à cet univers !
Est-ce qu'il y a d'ailleurs un "référencement" de ces seigneurs et des grandes familles nobles ?

Effectivement, Syane, c'est normal que ce nom te dise quelque chose si l'on s'est croisé par le passé : j'ai précédemment incarné Mira Til'Drane, mais j'ai hésité à la reprendre en plus âgée (pour ne pas modifier ses anciennes aventures), alors j'ai préféré lui créer une fille...
Suite à cette question, j'ai donc enquêté sur tes perso. Séléna ! :3 Tu étais frontalière avant, non ?


avatar
Séléna Til'Lana
Légionnaire Noire
OH YEAH ! o/ Je trouve ça irraisonnablement cool que des anciens reviennent. :)
(Je suis un peu curieuse de savoir ce que tu penses du forum, du coup.)

Je vais répondre à la place d'Emelyne, mais tant pis. Elle parle effectivement des seigneurs qui contrôlent les villes principales de Gwendalavir : soit Al-Chen, Al-Far et Al-Vor. Il n'y en a pas pour Al-Jeit cependant, puisqu'elle est sous l'influence directe de l'Empereur. Les seigneurs sont chargés de représenter l'Empereur dans les villes éloignées.

Il n'y a pas de recensement pour l'instant. Par contre, il y a de fortes chances pour que des noms aient déjà été mentionnés à certains endroits. Je vais chercher ça, si tu en as besoin.

Et effectivement, Séléna est un personnage que j'ai repris mais elle a toujours été légionnaire et originaire d'Al-Chen. Je l'ai repris en altérant certains passages de son histoire et je l'ai vieilli un poil aussi. :)


http://www.ewilanrpg.com/
Contenu sponsorisé
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum