RSS
RSS
AccueilEncyclopédiePrédéfinisGuide du JoueurQuestionsMusique

Forum de RP dans le monde d'Ewilan, de Pierre Bottero. De nombreuses années ont passé depuis les aventures d’Ewilan et de ses compagnons et l’Empire a plus que jamais besoin de votre assistance.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Kastiel Acciari ▲ Let me tell you a story.

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

avatar
Kastiel Acciari
Dessinateur & Professeur d'Histoire du Dessin
Kastiel Acciari
Alavirien | Navigateur | Dessinateur | Professeur d'Histoire du Dessin

Généralités



Nom : Acciari
Prénom : Kastiel
Sexe : Homme
Âge : 31 ans
Lieu de Naissance : Al-Chen
Peuple : Alavirien, Guilde des Navigateur.
Métier : Professeur d'Histoire du Dessin à l'Académie d'Al-Jeit

Crédits : lorandesore.deviantart.com & Aki'




Description Physique

« La mer est le plus beau miroir du monde. » | Kastiel Acciari


Calie Hil’Herson est particulièrement heureuse de mettre les pieds dans l’amphithéâtre ce matin. Non seulement elle débute sa première année aux cycles supérieurs de l’étude du dessin, après quatre ans de formation générale, mais en plus, elle vient d’apprendre que son cours d’histoire avancé du dessin sera dispensé par son professeur favori, Kastiel Acciari.

Elle l’a déjà eu dans ses cours d’histoire généraux et a bien sûr entendu les rumeurs stipulant que le jeune professeur allait cette année enseigner au cycle supérieur, mais elle n’en a eu la confirmation que ce matin. C’est donc avec excitation et un large sourire qu’elle prend place dans l’amphithéâtre et regarde ce dernier se remplir d’étudiants dessinateurs. Impatiente, elle attend jusqu’à ce qu’enfin, quelques minutes seulement avant le début du cours, un homme au profil qu’elle reconnait sans peine entre dans la salle visiblement un peu en retard.

L’homme pourrait facilement passer pour l’un des étudiants, si ce n’est de la barbe de quelques jours qui orne son visage et qui lui donne quelques années de plus. Dans la jeune trentaine, il est habillé d’une manière très décontractée, un simple pantalon noir surmonté d’une chemise blanche aux manches retroussées. Sobre, mais efficace. Sa tenue contraste avec la tendance des professeurs de l’académie qui se parent tous les jours d’habits plus nobles les uns que les autres.

Le jeune professeur a visiblement fait un effort de présentation pour ce premier cours de trimestre. Son inconditionnelle chevelure sombre en bataille qui lui arrive aux épaules et qui fait une partie de sa réputation a été ramenée vers l’arrière et attachée à la nuque. Plusieurs mèches retombent déjà sur son visage, indomptables.

Cali cache un sourire amusé derrière sa main. Elle le connait maintenant assez bien pour savoir que cette coquetterie ne durera pas. Elle le voit déjà s’énerver contre le ruban de cuir qui retient ses cheveux et l’envoyer voler au travers de la classe. Elle lui donne une heure avant que l’évènement se produise. Et elle est généreuse.

Des gloussements sur sa droite attirent son attention. Lorsqu’elle pose les yeux sur un trio d’étudiantes qui s’échangeant des commentaires peu subtils sur leur nouveau professeur en rougissant, Cali lève les yeux au ciel. Acciari n’est pas qu’un professeur populaire pour ses cours intéressants, ses méthodes d’enseignement innovatrices et divertissantes et son caractère avenant. C’est loin d’être la première fois qu’elle voit de jeunes dessinatrices faire les yeux doux au professeur, et certainement pas la dernière. Pourtant, elle ne se lassera jamais de les voir se prendre un mur lorsque Kastiel Acciari – qui capte autant qu’une courge les raisons de ces rougeurs et cils battants – leur demande sérieusement si elles viennent lui demander d’aller au petit coin.

Elle retourne son attention sur le professeur Acciari qui semble éprouver certaines difficultés avec les papiers de sa mallette – qui a soit dit en passant un besoin criant de classement – et ne peut s’empêcher de leur concéder un point : il n’est franchement pas désagréable à regarder. Plutôt grand, il a les épaules carrées et, sans être musclées comme les gardes qu’elle croise dans les rues de la ville, a les mains et les bras de ceux qui ont travaillé dur physiquement dans leurs vies. Des mains et des bras de marin, quand on connait un peu son histoire. Sinon, ses cheveux sombres encadrent un visage harmonieux, quoique peut-être un peu trop rond, aux pommettes hautes et saillantes. Il affiche toujours un sourire communicatif et sincère, alors que ses yeux expressifs ont une très jolie couleur noisette.

Son regard justement, est particulier. Il est de ceux qu’on ne peut douter de l’intérêt qu’il porte à vos paroles. Alors qu’il semble manquer grandement de concentration pour les tâches quotidiennes, lorsque vous lui parlez et qu’il pose ses yeux sur vous, vous avez son attention tout entière. Cali se souvient de l’impression étrange qu’il avait provoquée chez elle la première fois qu’elle lui avait parlée personnellement. Comme s’il la connaissait depuis toujours. Un regard d’une grande intimité, sans pour autant être déplacé. Intense à en être intimidant, mais d’une chaleur qui porte à la confession. On se sent écouté, soutenu, compris avec lui. Elle a même une fois manqué d’éclater en sanglot devant lui alors qu’elle venait seulement lui remettre un devoir, tant son regard était sincère, entièrement concentré sur elle, comme un don de soi qui ne demande rien en retour.

Oui, elle peut les comprendre, ces jeunes femmes qui n’ont actuellement d’yeux que pour lui. Son passé tragique, qui fait chaque année le tour de l’académie comme une traînée de poudre, amplifié et déformé au possible, contribue plutôt a entretenir l’aura mystérieuse autour de lui. Pourtant le professeur ne parle jamais de lui, encore moins de son passé. Lorsqu’il le fait, c’est en racontant des âneries plus improbables les unes que les autres pour contourner les questions.

Cali se prend un coude dans les côtes et étouffe une exclamation de douleur avant de tourner des yeux assassins vers le jeune homme qui vient de s’assoir à côté d’elle.

« Hey, qu’est-ce qui te prend, Gaël? »

Le garçon aux yeux bleus et au sourire narquois fendu jusqu’aux oreilles lui fait un signe de tête en direction du professeur Acciari et précise :

« Tu vas te mettre à fantasmer sur lui comme ces fanfreluches là-bas, toi aussi? »

Elle attrape son cartable et tente de l’écraser contre la tête de son meilleur ami en sifflant entre ses dents :

« Mais non-espèce de vieille goule malcommode! »

L’attention de la classe se tourne vers eux alors que Gaël tente de protéger sa tête de ses bras en éclatant de rire. Un raclement de gorge à l’avant fait figer Cali dans son geste, suspendant son cartable dans les airs et tournant des yeux surpris sur Kastiel Acciari qui les dévisage avec un sourire amusé au coin des lèvres.

« Je suis heureux de vous revoir, mademoiselle Hil’Herson, mais si vous pouviez éviter d’assassiner l’un de mes étudiants avant le début du premier cours, je vous en serais infiniment reconnaissant. »


Caractère

« Ne me regarde pas comme ça, c'est le chien qui a eu l'idée. » | Kastiel Acciari


Cali rougit jusqu’aux oreilles et repose précipitamment son cartable sur la table devant elle. Gaël a de la difficulté à ne pas éclater de rire et couine entre ses dents, des larmes au coin des yeux. Elle lui envoie un coup de pied dans le tibia avant de cacher sa gêne derrière le voile de ses longs cheveux. Quelques rires s’élèvent dans la salle et le professeur Acciari se retourne vers son bureau.

En plus de son physique flatteur, c’est ce qu’il dégage qui attire l’attention les gens. Cali n’a jamais vraiment entendu parler en mal de lui ni ne l’a jamais vu s’énerver contre quelqu’un. Même là, ses paroles ont été douces et polies. Alors qu’un autre professeur aurait pu s’enflammer et les jeter dehors à coups de pied aux fesses – elle pense notamment à un certain vieux crouton, professeur de l’étude des Spires avancées… - lui s’est contenté de cette phrase, y ajoutant un compliment et de l’humour au passage. Elle l’apprécie beaucoup pour cela.

En fait, si Cali a un faible pour le Dessinateur, ce n’est pas pour son physique, mais plus tôt pour son caractère et son intellect. Peu de chance qu’elle l’avoue, même à Gaël, mais il est son idole et elle rêve que ce soit lui qui dirige sa thèse lorsqu’elle sera rendue à cette étape de ses études.

Kastiel Acciari est d’ailleurs pour elle un peu plus qu’un simple professeur. Issue d’une petite noblesse sans grande possession, Cali est entrée à l’Académie sur la base de son Don, et non grâce à l’argent de ses parents. Le professeur vient lui aussi d’un milieu modeste, même encore plus modeste que le sien, et il a une sensibilité particulière pour ceux qui comme lui ne viennent pas de milieux aisés. Il l’avait donc pris sous son aile à son entrée à l’académie, lui trouvant un petit boulot à la bibliothèque de la faculté, ce genre de coup de main. Son air avenant, souriant, toujours là pour aider et empathique n’est pas qu’apparence.

Elle n’est pas la seule. Plusieurs histoires de mentorat de ce genre circulent à son sujet. L’histoire qu’elle préfère est pourtant celle où le professeur Acciari s’opposa ouvertement au célèbre conseil d’admission de l’académie de dessin pour faire admettre une jeune navigatrice sur les bancs de l’école.

Il faut dire que les autorités ne sont pas particulièrement la part de gâteau du professeur. C’est presque à se demander ce qu’il peut bien faire encore à son poste! Ses recherches et son esprit lui sauvent surement la mise, car en termes de respect des règles, il est pire que le pire des cancres d’une classe de débutants. Constamment en débat ou en conflit avec ses supérieurs, il n’est pas rare de le voir se cacher dans les corridors pour éviter les hauts directeurs, à l’hilarité générale. C’est la bureaucratie et la rigidité qu’il ne supporte pas, croit-elle. Toujours un papier administratif en retard, une remarque trop familière et franche lancée à un supérieur ou une règle de convenance brisée.

Tout cela, c’est sans parler de ses méthodes d’enseignement qui ne plaisent pas à tous, particulièrement les hautes instances de l’Académie… et les concierges.

Passionné, le professeur Acciari transmet sa passion pour l’histoire à ses élèves avec la facilité de ceux qui sont nés pour être conteurs. Ses paroles, prononcées de sa voix grave et expressive, modulant selon les différents tons qu’il emprunte pour imiter les voix de tel ou tel personnage célèbre, captivent et fascinent. Loin d’être ennuyant, il utilise l’espace au maximum. Il n’est pas rare de le voir monter debout sur son bureau pour raconter une histoire épique ou s’assoir dans l’audience avec ses élèves en discutant avec eux d’un récit comme s’ils étaient assis autour d’une bière dans une taverne.

Le regard de Cali est attiré vers les trois grands vases larges derrière le bureau du professeur et un sourire étire ses lèvres. La partie la plus divertissante de ses cours reste sans conteste les moments où Kastiel Acciari utilise son Don de Navigateur, qu’il contrôle avec la précision d’un chirurgien, pour illustrer ses propos à la manière d’un artiste de la scène. Dans le premier vase, Cali devine une bonne quantité d’eau. Dans la seconde, probablement de petits rochers ou de la terre. Finalement, dans le troisième, elle sait qu’une petite flamme brûle doucement, alimentée par du petit bois.

C’est qu’il a un petit, ou plutôt grand côté théâtral, ce professeur. Expressif, passionné, maniant l’humour à toutes les sauces, aimant profondément son métier et sa matière… c’est un pédagogue hors paire.

Mais malgré toutes ses qualités, elle doit avouer que le professeur Acciari est un peu étrange. Il semble parfois décalé de la réalité, trop plongé dans son monde et ses histoires pour réellement connecter avec la réalité. Constamment dans la lune, incapable de bien respecter un horaire, il est toujours à la bourre et c’est carrément un miracle qu’il soit arrivé avant l’heure du début du cours, et non pas en courant avec dix minutes de retard. La maladresse ne l’a pas épargné non plus. Entre marcher la tête dans la lune et percuter une porte ou s’assoir à trois centimètres de sa chaise, il n’en rate pas une.

Également, tout comme pour les jeunes femmes lui faisant de l’œil, il lui arrive d’être un peu lent à la détente. Alors que sa mémoire est phénoménale en termes d’histoire et que ses recherches sur le Dessin aient été révolutionnaires, des choses toutes simples semblent le laisser perplexe. Le fonctionnement d’un loquet – sur lequel il s’acharnera pendant dix minutes avant d’arracher la dite chose puis de la cacher dans un pot de fleurs - ou une question sur la localisation d’une classe par exemple, bien qu’il enseigne depuis des années dans cette école. Ce n’est pas peu dire, le sens de l’orientation non plus n’est pas son fort. C’est à ne pas comprendre comment il ne s’est pas perdu en mer dans sa jeunesse de navigateur!

Le plus étrange reste néanmoins ce qu’elle a aperçu de lui alors qu’il se croyait seul. Elle venait lui poser une question hors des heures de cours et il ne l’avait pas entendu entrer dans la pièce. Elle avait d’abord cru qu’il s’adressait à quelqu’un, mais elle avait dû se rendre à l’évidence qu’ils étaient les deux seules personnes dans la sale. Le professeur parlait visiblement à une femme, une qu’il aimait et sur un ton qui aurait fait rougir d’envie les trois « fanfreluches », pour reprendre les termes de Gaël, assises sur sa droite. Les propos étaient si intimes malgré leur simplicité que Cali s’était sentie comme une intruse et avait quitté la pièce. C’est à ce moment que Cali avait compris que les rumeurs qui circulaient au sujet du passé du professeur étaient fondées. De cela, elle n’en a jamais parlé à personne.

Le professeur coupe court à ses souvenirs en annonçant finalement le début du cours.

« Bienvenue dans ce cours d’histoire du dessin! Ne vous mettez pas trop à l’aise rapidement, après les présentations, nous allons sortir faire un tour, j’ai une petite surprise pour vous. »

Cali en oublie sa gêne et se redresse sur son siège. Elle se doute de la surprise. Le professeur a un endroit préféré en ville et l’avait emmené elle et sa classe y faire un tour l’an dernier. Cet après-midi passé dans les tunnels de verre du Lac Miroir à écouter le professeur Acciari leur raconter l’histoire du lieu mythique restait l’un de ses plus beaux souvenirs d’études. Elle se demande, rêveuse, quels autres beaux souvenirs elle va récolter cette année.


Histoire

« Cette histoire, je vais vous la raconter comme jamais vous ne l'avez entendu auparavant. Parce qu'avant d'être des nom dans un manuel ou même des figures de légendes, ces noms étaient des gens. Des gens comme vous et moi, mais qui se sont retrouvés dans les pires ou meilleurs situations que vous puissiez imaginer. » | Kastiel Acciari


Le professeur enchaine rapidement sous les mines ravies et intriguées de ses étudiants.

« Je me présente, Kastiel Acciari. Plusieurs visages me sont familiers, d’autres complètements inconnus, alors je vais commencer par me présenter un peu plus en détail. Je dois vous avouer que je déteste parler de moi. Premièrement, je trouve cela particulièrement ennuyant, et deuxièmement, je ne sais jamais ce qui vous intéressera. Du coup, j’ai pensé qu’on pourrait innover un petit peu. »

L’attention de son auditoire capté, il va s’assoir sur son bureau.

« Certains ici savent que je prends un malin plaisir à raconter toutes sortes d’absurdité sur ma vie lorsqu’on me pose des questions, mais je vous propose ceci. Vous êtes mon premier groupe aux études supérieures, et pour cela, vous avez une signification particulière pour moi. Enseigner à ce niveau a toujours été mon rêve. Alors, pour marquer le coup, et le début de ce trimestre, vous avez une vingt minutes pour me poser toutes les questions qui vous passent à l’esprit, et je promets de répondre la vérité. Ça vous plait? Parfait. »

Cali échange un regard entendu avec Gaël, contenant à peine son sourire excité. Le professeur ouvre alors les bras et ajoute :

« La parole est à vous. »

Quelques instants de gêne passent au-dessus de la salle alors que les étudiants se dévisagent mutuellement pour savoir qui osera débuter les questions. Kastiel Acciari balaye l’assemblée du regard, un sourire amusé aux lèvres, puis son visage s’illumine en voyant une étudiante rousse au fond de la pièce lever enfin, mais timidement, la main. Il la pointe en lui demandant de s’exprimer.

« Hem… vous pouvez peut-être commencer par nous parler de vos propres études? »

« Excellente idée! Alors. Cela ne fait pas très longtemps que je ne suis plus à votre place. Je suis entré à l’Académie à 18 ans, par l’intermédiaire d’un contact de ma mère. Elle est également Dessinatrice et a fait quelques études à l’académie d’Al-Chen. Gagner ma place ici n’a pas été facile, disons seulement que l’Académie favorise davantage les jeunes gens avec des Dons communs. Il n’y a pas beaucoup de place à l’adaptation dans la formation pour les Dons divergents, et comme certains le savent, je suis un Navigateur. Mon don se concentre donc sur l’influence des éléments, et non pas sur la création d’objets dans les Spires. Enfin bref, après avoir usé de ses contacts, ma mère est parvenue à me faire passer une entrevue de sélection. Mon Don s’est développé très tôt et je le maîtrisais déjà bien à l’époque. Ils ont donc décidé d’accepter ma candidature, et j’ai effectué a formation de base que vous connaissez tous en 3 ans. Lorsque j’ai eu votre âge, soit 21 ans, j’ai entamé mes études supérieures en histoire du dessin. J’ai d’abord effectué des recherches de groupe sur les Hiatus des Marches du Nord, mais c’était le Don de Navigateur qui m’intéressait. J’ai donc effectué ma thèse sur ce sujet. »

Il se tait et après quelques instants de silence, une nouvelle main se lève.

« Vous avez donc été dans les Marches du Nord? »

« Exact. J’y ai passé trois mois avec une équipe d’étudiants et deux professeurs de l’académie. C’est un lieu magnifique, j’espère sincèrement que chacun de vous aura la chance un jour d’y mettre les pieds. La Citadelle des Frontaliers également. C’est là que nous avons résidé pour notre séjour. Les Frontaliers sont un peuple fascinant, et s’ils sont aussi redoutables que vous avez pu l’entendre dire, ils se révèlent également d’excellents partenaires de voyage… et de boisson. »

Les rires s’élèvent dans la pièce puis deux mains se dressent avec de moins en moins de réticence. Acciari pointe la première.

« Et votre étude sur le Don des Navigateurs? Ce n’est pas un sujet très étudié, si je ne me trompe pas. »

Le professeur hocha la tête avec un sourire satisfait.

« Non, en effet, peu d’ouvrages y ont été consacrés, malheureusement. Mais heureusement pour moi, presque tout restait et reste encore à écrire sur le sujet! Pour ma thèse, je suis retourné dans ma ville natale, Al-Chen, et j’ai passé deux mois à faire des recherches auprès des Navigateurs. Je n’avais pas encore une idée précise de l’orientation de ma thèse à l’époque, mais c’est finalement mon père qui m’a décidé. Il allait partir pour un voyage de plusieurs mois au sud de l’empire et a proposé que je l’accompagne. Cela faisait plusieurs années que je n’étais pas remonté sur son navire, donc je n’ai pas hésité longtemps. Son bateau se nomme le Cormoran, en l’honneur du grand oiseau noir qui sillonne les côtes des eaux salées. »

Le professeur écarte les bras et commence à effectuer de petits gestes étranges avec ses mains. Cali s’avance alors sur le bout de sa chaise, le cœur battant. Elle a attendu ce moment avec impatience.

Devant les airs perplexes de ses élèves, les lèvres Acciari s’étirent en un sourire alors que derrière lui, émergeant d’un énorme vase en terre cuite derrière lui, un oiseau d’eau s’élève dans les airs en battant des ailes, éclaboussant de gouttelettes l’assistance émerveillée. D’un large geste des bras, il fait faire un tour au-dessus de la classe à l’oiseau puis le fait replier brusquement ses ailes et piquer en plongée, directement dans son vase initial.

« J’ai passé six mois sur le Cormoran. J’y ai étudié la façon dont les Navigateurs utilisaient leur Don pour naviguer plus facilement sur les fleuves, puis sur la mer. J’ai noté des différences notables entre les deux types de navigation, en eau salée et en eau douce, et j’en ai fait mon sujet de thèse. Je ne vous en révèlerai pas davantage, à partir de l’an prochain, je donnerais un cours particulier sur le Don de Navigateur. »

Il fait un clin d’œil à l’auditoire, la joie que lui procure cette annonce est visible à des kilomètres. Cali songe que pour lui, il s’agit d’une réelle victoire. Jusque-là, jamais aucun cours ne s’est offert à l’Académie de Dessin d’Al-Jeit se spécialisant uniquement sur l’art des Navigateurs. Le professeur pointe finalement la seconde personne à avoir dressé la main.

« Vous avez commencé à enseigner tout de suite après votre thèse? »

« Oui et non. Dans les faits, un peu avant. Je suis rentré à Al-Jeit pour rédiger la fin de ma thèse, ce qui m’a pris quelques mois supplémentaires, après mon voyage sur le Cormoran. C’est à ce moment que j’ai commencé à être professeur suppléant pour mon directeur de thèse. Ensuite… j’ai pris une longue pause. J’ai eu mon premier poste permanent à 24 ans, un peu moins d’un an après la remise de ma thèse, grâce à mon ami et professeur, le même ayant supervisé mes travaux. J’ai d’abord eu la charge d’une seule classe de novices en histoire générale du Dessin, puis progressivement, on m’a attribué plus de classes. Mon but était, comme je vous l’ai annoncé en début de cours, d’enseigner aux études supérieures. »

Plusieurs mains se lèvent cette fois, la gêne définitivement disparue, et un intérêt général piqué au vif. Le professeur sélectionne l’une des trois « fanfreluches » à la droite de Cali pour poursuivre l’interrogatoire. C’est avec un sourire qui fait voir l’entièreté de sa dentition qu’elle demande :

« Qu’est-ce que vous avez fait pendant votre pause? »

Cali se fige. Le sourire du professeur s’efface brusquement et une ombre tombe sur la classe. La jeune fille blonde ayant posé la question rentre la tête dans les épaules, mal à l’aise, et l’air coupable. Le professeur Acciari se reprend rapidement et secoue la tête en se raclant la gorge. Il offre à la jeune femme un sourire un peu trop triste avant de répondre d’une voix inhabituellement calme et posée pour lui.

« Je vous ai promis d’être honnête avec vous, donc je le serai. J’avais besoin de temps pour moi. Pour vivre un deuil. Voyez-vous, quelques semaines après la fin de mes études, j’ai perdu ma femme. Elle avait 22 ans. »

Un silence lourd s’installe quelques instants avant que des murmures parcourent l’assistance. Une autre étudiante, un peu trop indiscrète aux goûts de Cali, lève finalement la main et demande, une compassion exagérée dans la voix :

« Je suis désolé pour vous. Elle était très jeune, comment est-ce arrivé? »

Kastiel Acciari inspire profondément puis lui offre le même sourire. Cali ne peut qu’admirer l’homme qui se tient devant elle. À sa place, elle aurait enfoncé ses dents dans le fond de la bouche de cette idiote à coup de vase en terre cuite.

« Ana a toujours eu une constitution fragile. Elle souffrait d’une maladie qui laissait les Rêveurs perplexes, mais elle a toujours voulu vivre une vie normale. Vivre isolée du monde, sans famille… cela l’aurait tué plus rapidement que sa maladie. Alors, quand elle m’a demandé si j’acceptais qu’on tente d’avoir un enfant, j’ai accepté. Elle est décédée quelques mois plus tard en donnant naissance à notre fille. Elle non plus n’a pas survécu. Les Rêveurs m’ont dit qu'elle était morte avant de venir au monde, qu’il n’y avait rien eu à faire. »

Cali serre si fort le rebord de sa chaise qu’elle en a mal aux doigts. Elle sent des larmes lui monter aux yeux alors que les paroles de cette personne qu’elle admire associées à cette douleur qu’il dégage la touchent droit au cœur. Elle aimerait en cet instant avoir la même force que lui, la même capacité à réconforter les gens. Si se lever et aller le serrer dans ses bras n’était pas complètement indécent ou inutile, elle l’aurait probablement fait… à condition de pouvoir lâcher sa chaise.

La classe est replongée dans la consternation et personne n’ose plus lever la main. Le regard perdu dans le vide, le professeur ne semble pas prendre conscience des secondes qui s’étirent. Cali lève alors la main, ne supportant plus ce silence ou cet air sur le visage de son professeur, sous le regard surpris de Gaël. Elle se racle la gorge pour attirer l’attention d’Acciari.

« Professeur? Comment avez-vous connu Ana? »

C’est un peu osé, mais elle aurait opté pour n’importe quelle option qui remettrait un sourire sur le visage du professeur. Et c’est la seule idée qui lui est venue à l’esprit. C’est donc avec soulagement qu’elle voit un véritable sourire revenir sur le visage de Kastiel.

« Ana était une amie d’enfance. Elle était la fille du lieutenant de mon père. Nous n’avions qu’un an d’écart, et nous avons grandi ensemble. Je ne me souviens plus très bien du moment où notre amitié s’est transformée en autre chose, mais pour moi, c’était clair que j’allais passer ma vie avec elle. Les premières années de ma formation à l’Académie, elle était restée à Al-Chen. Ce fut difficile d’être séparé, aussi… lorsque je suis rentré chez moi un peu avant mes études supérieures, je l’ai demandé en mariage. J’avais seulement 19 ans, elle 18, mais c’était la chose la plus naturelle du monde. Elle est venue vivre avec moi à Al-Jeit par la suite. »

D’autres mains recommencèrent à s’élever.

« Vous avez grandi à Al-Chen ou sur le navire de votre père? »

« Un peu des deux. Mes parents se sont rencontrés lorsqu’ils étaient jeunes, dans la taverne de mes grands-parents maternels. Ma mère est professeur dans une école primaire basée à Al-Chen, et mon père a dans cette même ville son port d’ancrage pour son navire commerçant de Navigateur. Ils se sont mariés, mais n’ont jamais demandé à l’autre de quitter sa vie pour la sienne. Aussi, lorsque je suis venu au monde, je suis resté avec ma mère à terre. À 10 ans néanmoins, je suis parti vivre avec mon père sur le Cormoran. J’y ai appris à devenir marin, j’ai beaucoup voyagé, et c’est également sur le pont du navire que j’ai découvert mon Don. Lorsqu’il s’est avéré plus important que la normale, ma mère m’a demandé si je voulais aller étudier l’art du Dessin à l’Académie. La suite, vous la connaissez maintenant. »

Les sourires revenus sur les visages, un jeune homme à l’air espiègle pose alors une question un peu plus loufoque.

« Quel genre d’étudiant vous étiez, professeur Acciari? »

Le professeur tire une grimace qui fait rire son assistance.

« Et bien… disons que si j’étais premier de classe en histoire, j’étais le pire cauchemar de mes professeurs d’études pratiques du Dessin! »

Cali rit elle aussi. Elle n’a aucun mal à s’imaginer Kastiel Acciari dans les deux positions qu’il se décrit. D’un côté, il y a l’intellectuel, celui qu’elle admire et qui passe des heures le nez dans ses livres avec passion. De l’autre, il y a celui qui peut parler à un balai pendant dix minutes avant de se rendre compte qu’il n’aura jamais de réponse à ses questions.

Au son des rires, une petite créature à la fourrure gris clair émerge de la poche de la chemise du professeur. Plusieurs exclamations aigües l’encouragent à sortir davantage, et Cali regarde avec plaisir le petit chuchoteur grimper sur l’épaule de Kastiel pour avoir un meilleur vue sur l’ensemble de la classe. Elle connait bien l’adorable mascotte des cours d’histoire du professeur Acciari. Celle-ci a l’habitude de se promener dans la salle, visitant les élèves, lors des cours de ce dernier, lorsqu’elle n’est pas juchée fidèlement sur l’épaule du professeur. La petite bête ne le quitte jamais, de ce qu’elle en sait.

« Bon, la voilà qui montre enfin son nez. Je vous présente Pia. C’est une Chuchoteuse qui adore avoir une audience, pas vraie, ma belle? »

Le professeur la prend dans sa main puis se lève de son bureau, tout son aplomb retrouvé, et lance enfin à sa classe :

« Bon! Suffit les questions, vous en savez assez sur moi, et avant que quelqu’un me demande la couleur de mes sous-vêtements, je vais vous mener à votre surprise. »

Le professeur fait signe à ses étudiants de se lever puis les mène à travers les corridors de l’Académie, jusqu’à l’extérieur. Voyant qu’ils prennent l’avenue menant au Lac Mirroir, Cali sourit. Gaël lui donne un petit coup d’épaule amical, un drôle d’air sur le visage.

« Alors? Pas même un petit béguin pour lui? »

Elle arque un sourcil vers lui, un sourire malicieux aux bords des lèvres.

« Mmm… oui bien sûr, maintenant que tu m’y fais réfléchir, je devrais me mettre à écrire son nom partout dans un journal intime, t’en penses quoi? »

Gaël tire une grimace et entre ses mains dans ses poches en maugréant. Elle le pousse à son tour en éclatant de rire, lui attrapant le bras, ce qui a pour effet de redonner le sourire à son ami.

Les yeux pleins de promesses et d’étincelles, Cali et les autres étudiants arrivent à la suite du professeur Acciari sur les bords du Lac Mirroir. Un spectacle à chaque fois aussi magnifique. Cali songe qu’elle ne pourrait être définitivement plus chanceuse que d’être tombé sur ce professeur. Certaines personnes changent votre vie à jamais simplement en croisant votre chemin. Kastiel Acciari en fait partie.


Informations personnelles

CARRY ON MY WAYWARD SON THERE'LL BE PEACE WHEN YOU ARE DONE! LAY YOU WORRIE HEAD TO REST, DON'T YOU CRY NO MORE!!  :555:  | Kansas *out*
Pseudo : Aki'
Age réel : 23 ans.
Pays d'origine : MONTREAL QUÉBEC, BITCHES!!!   :2055:  

Parlez-nous de vous : Je suis celle qui zieute vos faits et gestes et vous attend avec un fouet et des cookies au détour. Je sème des crevettes des sables sur mon chemin et je cohabite avec une tortue ninja. Je ne joue que des barbus, alors que je n'ai personnellement pas l'arsenal pour concevoir des bébé avec une demoiselle. Bref, je suis votre Papa Loup a tous. Et je vous aime bande de gnocchis.
Familier avec l'univers de Pierre Bottero? : *Cache l'hotel avec huit milles photos de Bottero derrière la porte* Qui?

Comment avez vous connu le forum ? : LUKE, I'M YOUR FATHER.  :5555:
Un commentaire sur le forum ? : Si je met la main sur le con qui a pondu ce design de merde... Pour le reste, je vous adore.  :392:

Demande particulière : Si quelqu'un me fait le moindre commentaire sur le fait que je me suis créée un quatrième compte à cause de ma volonté de poisson chat, je change son avatar pour une image ridicule. Faites gaffes, j'ai beaucoup trop de ressources à ma disposition Face




Administratrice aux cotés de Syane Ril'Devah
Spoiler:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
Oh bas moi, ton quatrième compte, j'aurais préféré l'autre vava \o/
Et puis prof d'histoire du dessin... pffff...
Ahahahahahahah xD (Oui, j'ai le goût du risque :P )

Rebienvenue :P
Bonne chance avec ta fiche :3
En attendant, je te lance tout plein de cookies \o/
avatar
Kastiel Acciari
Dessinateur & Professeur d'Histoire du Dessin
Rhoooooo. L'as pas tout plein de gueule avec cette tête mon Kas'? Nan? x)
Comme tu as tout insulté sauf ma volonté de poisson chat, tu peux garder ta jolie tête intacte Face

Merci pour les cookies thatlook :4233:




Administratrice aux cotés de Syane Ril'Devah
Spoiler:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
C'est pas beau un poisson chat \o/
Et puis puis hem, t'as encore moins de volonté qu'un escargot tient \o/

*La fille qui cherche réellement le trouble*

Par en courant loin de la fiche avant de se faire tapper sur les doigts parce qu'elle a trop spammé \o/
avatar
Kastiel Acciari
Dessinateur & Professeur d'Histoire du Dessin
Well... You juste got Carped Face

Plus sérieusement, j'ai déjà une partie de sa fiche d'écrite, mais je vais la terminé après le jour de l'an, question de tout poster d'un bloc. Et vous noterez que je n'ai pas mis deux message pour la fiche, je me contraint à un seul message pour sa présentation xD




Administratrice aux cotés de Syane Ril'Devah
Spoiler:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aelya Ceriosé
Marchombre
...........
Ca y est on te laisse seule sur la cb avec Emy et Aleena quelques heures et tu nous ponds un nouveau barbu, c'est pas possible ça :5555:
Terrible, t'es vraiment terrible :') (et tu as une volonté de crevette des sables en plus d'en semer sur ton chemin :3)

Bref, bienvenue à ton bonhomme, il m'a l'air fort intéressant je reviendrai sans aucun doute lire sa fiche Face
Cookies sur ton nez et bisous sur ta bouille Deadly Hug <3

PS: Pas de pavé, pas de pavé, c'est vite dit hein ! xD


« Je chante et pleure, et veux faire et défaire,
J’ose et je crains, et je fuis et je suis,
J’heurte et je cède, et j’ombrage et je luis,
J’arrête et cours, je suis pour et contraire. »
[Abraham de Vermeil]


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Emelyne Edelweiss
Disparue
OMG AKI
C'EST QUOI CA
ON A DIT PAS DE QUATRIEME COMPTE
TU ME DÉSESPÈRES
TU SERAS PUNIE
AU FOUET

(Pardon la c'est Sen qui parle. Face)


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lasbelin-D. Ster
Légionnaire Noire
je quitte le forum






Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Eleanor Nil'Lysah
Maître Marchombre
Ca y est. Je serais perturbée à vie. C'en est fini de moi.

...

Enfaite mon Wayne a un frère jumeau ! OMG ! NAAAAAAAAAAN PAS DEUX COMME LUI !!!!!!! OMG !

*meurt*

Je te juge. Je vous juge toutes les deux. Vous êtes faibles. Regardez-moi, prenez exemple, je n'ai pas encore de DC :2055:

*fonce sur Las pour la retenir : hep-là ! tu crois aller où toi ???*



Merci merci merci merciiiiiiiiiii Aki !!! ♥

I'm a Gourou. The Gourou Of Music. Cool !



Tous mes moi:


PAILLEEEEEEEEEEETTES:
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.jeun.fr
avatar
Alec Ezilea
Lieutenant Frontalier
Vous vous méritez tous un avatar de merde pour avoir critiqué ma volonté xD
En fait, Kas' est créer dans ma tête depuis avant la création de Fynn. Ça fait plus de 6 mois qu'il me travaille et que je me retient, alors pour une volonté de crevette, j'sus pas trop mal, hein! :3

Lya : Noooope. Pas de pavé, j'ai pas l'espace pour x) Enfin... pas de pavé qui dépasse la longueurs réglementaire d'un message Face

Emy : Je me contenterais de ca comme réponse.



Las : ... NAAAAAAAAAAAAON! *l'attrape mes les chevilles en chialant comme une gamine de trois ans*



Lea : Naaaan tu verra, il est différent de ton Wayne mon Kas' :09: Déjà il a moins de muscles xD Et je lui ai trouvé son head canon! Oh oui ! Ça va aider à faire passer l'idée xD
Ho et, ton utilisation de Mr.Sourcil est dangereuse




Administratrice aux cotés de Syane Ril'Devah
Aperçut de mes personnages:
Voir le profil de l'utilisateur http://dadou34.wix.com/danicka-raymond
Contenu sponsorisé
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum