RSS
RSS
AccueilEncyclopédiePrédéfinisGuide du JoueurQuestionsMusique

Forum de RP dans le monde d'Ewilan, de Pierre Bottero. De nombreuses années ont passé depuis les aventures d’Ewilan et de ses compagnons et l’Empire a plus que jamais besoin de votre assistance.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

[Terminé] Une partie de cache-cache mortelle [flashback]

Aller à la page : Précédent  1, 2

avatar
Alizarine Rethelson
Mercenaire

L’homme émit un vague reniflement, semblant s’adresser à lui-même plus qu’à Alizarine :

– Bien sur que je peux soulever ce type, je pourrais même le porter jusqu'à Al-Far sans trop de problèmes, mais je ne bougerais pas tant que tu ne seras pas en selle avec tes armes bien a porté de vu, et surtout hors de porté de main !

La jeune femme retint un ricanement. Effectivement, l’ermite fou devait la prendre pour une sacrée psychopathe. Mais, songea-t-elle en le détaillant d’un bref coup d’œil, il ne mentait sans doute pas sur sa force. Il était grand et costaud, presque deux mètres, et des épaules bien larges. Un ancien guerrier, soldat peut-être ? Il avait une aisance dans ses mouvements que même plusieurs mois d’errance dans un milieu hostile et glacé n’avaient pas réussi à effacer. Il n’était pas aussi gracieux que Morden l’Envoleur, loin s’en fallait ! Mais il avait définitivement reçu un apprentissage semblable.

– Montes en selle, et je te le passe, lâcha-t-il.

Alizarine essuya son épée dans la neige, la rengaina ostensiblement, puis s’exécuta et enfourcha Ellébore d’un bond. Elle prit garde à rester assez proche d’Ulmar, pour l’assommer s’il essayait de filer. Mais le bandit n’en fit rien. Resté debout à côté du cheval, il jeta un regard méfiant à Nat’Ash quand celui-ci s’approcha, mais ne tenta pas de se débattre : l’homme de deux mètres en manteau et chapeau était sans doute plus impressionnant, dans son esprit étriqué, que la jeune femme qui venait tout juste de le rendre infirme à vie.
Quel abruti celui-là. Comme si seule la taille comptait !

Nat’Ash souleva Ulmar comme s’il ne pesait rien, et le balança comme un sac en croupe, juste derrière Alizarine. Derrière son bâillon, le prisonnier beugla comme un cochon : son genou avait violemment tapé la jambe d’Alizarine. La jeune femme l’ignora, se retourna sur sa selle, et le tira jusqu’à ce qu’il soit à peu près bien positionné. Voilà. Il ne tomberait pas pendant le voyage du retour. Et il ne mourait pas. Enfin, probablement.

Alizarine réfléchit une seconde, puis ôta le bâillon d’Ulmar. Celui-ci cracha par terre, mais c’était uniquement parce qu’il ne pouvait pas atteindre la Pie Voleuse.

– Je vais te tuer
, gronda-t-il.

– Je ne t’ai pas ôté le bâillon pour le plaisir d’entendre ta voix mais pour t’éviter d’être étouffé si ton nez se bouchait avec le froid, lâcha la mercenaire d’un ton égal. Si tu tiens à la vie, je te conseille donc de la boucler.

Ulmar cracha à nouveau, et pesta entre ses dents : mais il ne dit rien. La jeune femme avait raison. Le nez bouché était un aléa presque certain d’un voyage dans le froid : mais avec un bâillon dans la bouche, et les poumons compressés par le poids de son corps sur le cheval, bonjour les difficultés à respirer.

Satisfaite, Alizarine se tourna vers Nat’Ash, le jaugeant du regard. Elle ne faisait pas du tout confiance à ce lunatique, mais…

– Al-Far est à deux heures d’ici. C’est là que tu te rends ?

Parce qu’il n’y avait pas trente-six raisons possibles pour se trouver là, dans la lande du Nord en plein hiver, si proche de la ville.



|  La Pie Voleuse  |



(Double-compte de Karaellys. Merci Aki pour le kit *.*)
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
Elle brutalisait ce type avec un plaisir manifeste. Elle lui paraissait jeune, prête à bouffer le monde. Il y a six mois, quand la guerre et le combat était son métier, Nat'Ash l'aurait sans doute affrontée et vaincue. Mais aujourd'hui, après six mois sans autre considération que... Il n'a pas eu de considération ces derniers mois. Il a survécu par réflexe. Par habitude.

Il n'était pas en état. Il avait besoin d'un sérieux entraînement, d'exercices de souplesses et de matériel neuf. Et cette jeune femme pouvait l'aider, sans doutes. Elle ferait une compagne d'entraînement correct ou pouvait lui permettre de retrouver contact avec des gens de ce niveau.
Il sentait que la jeune femme allait ajouter quelque chose. Sans doute pour le garder à l'œil ou pour le dissuader de l'abattre quand elle s'éloignerait.

– Al-Far est à deux heures d’ici. C’est là que tu te rends ?

Il hésita.
-Bien sur que je vais à Al-Far, je n'ai pas fait le trajet depuis la citadelle pour m'arrêter ici. Encore que cela ne manquerais pas d'une certaine ironie. Mais il me faut des choses qu'on trouve en ville, Alors j'y vais. Toi aussi. Quelle était ta question ? Quelle question voulais-tu poser ? Si j'allais t'accompagner ? Si j'allais dans l'autre sens ? Ce n'était pas une vrai question...
Comme toujours, son discours se perdit dans son foulard. Il secoua son chapeau, et son cheval s'ébroua dans un mouvement similaire.

Il releva la tête, et pour la première fois depuis qu'il l'avait vu, il plongea son regard sans les yeux de la jeune femme. Ses yeux injecté de sang dans ceux, noir et blanc, de la mercenaire.

Il recula, et grimpa sur sa monture.
avatar
Alizarine Rethelson
Mercenaire
Alizarine vit que Nat’Ash la jaugeait du regard, mais l’ignora complètement. Ce n’était pas comme s’il allait soudain prendre Ulamr en pitié et se retourner contre elle.

Alizarinene se considérait pas comme excessivement cruelle, mais elle avait en elle une brutalité certaine. On ne vit pas des années avec des Thüls puis des criminels sans en adopter certaines manières. Défiée, et surtout par quelqu’un de dangereux qu’elle était supposée avoir vaincu, Alizarine rendait les coups en double, jusqu’à ce que l’autre ferme son clapet et accepte sa supériorité. C’était comme ça qu’elle s’était taillé sa renommée de chasseuse de primes, et elle n’y avait jamais vu le moindre problème. Les gens qu’elles capturaient avaient bien mérité quelques coups de poings, en plus.

Mais revenons à l’étrange homme au visage masqué par son chapeau et le col de son manteau. Quand elle l’interrogea sur sa destination, Alizarine voulait surtout savoir s’il risquait de la suivre, en prétendant rester en arrière. Cheminer ensemble, à bonne distance, leur permettrait de garder un œil l’un sur l’autre et sur Ulmar également. Garde tes amis proches, tes ennemis plus proches encore… Mais l’étrange lunatique ne semblait pas être parvenu à cette conclusion.

– Bien sur que je vais à Al-Far, je n'ai pas fait le trajet depuis la citadelle pour m'arrêter ici. Encore que cela ne manquerais pas d'une certaine ironie.

Une certaine ironie ? Sans doute. Mais ce type louche venait de la Citadelle… Alizarine classa l’info dans un coin de sa tête. Il venait de la Citadelle mais son matériel était en mauvais état, comme s’il avait erré tout l’hiver dans les Marches du Nord. Etait-ce un Frontalier qui avait pété un plomb ? U mercenaire chassé de la Citadelle et qui avait pété un plomb ?
Elle préféra garder ses hypothèses pour elle. De toute façon, Nat’Ash continuait :

– Mais il me faut des choses qu'on trouve en ville, alors j'y vais. Toi aussi. Quelle était ta question ? Quelle question voulais-tu poser ? Si j'allais t'accompagner ? Si j'allais dans l'autre sens ? Ce n'était pas une vraie question...

Alizarine leva les yeux au ciel :

– C’était une vraie question, avec formulation correcte et point d’interrogation à la fin. Et ça m’a même apporté une réponse.


Elle n’ajouta pas "débile" à la fin de sa phrase parce qu’elle essayait de moins insulter les gens en ce moment, mais elle commençait à être sérieusement agacée. Ce type parlait trop. Beaucoup trop. Ses pensées divaguaient comme un vol d’oiseau et sa bouche semblait les suivre sans aucune considération pour le fait que quelqu’un puisse l’entendre.

– Et puisque nous allons tous deux à Al-Far, je suggère qu’on se mette en route avant qu’il ne neige.


Elle avait posé son regard sur le visage de Nat’Ash et, pour la première fois, il la regarda dans les yeux et elle pu avoir un apperçu de son visage. Enfin, d’ue fraction de son visage. Il était livide, les yeux injectés de sang. Elle ne laissa rien paraître de sa surprise, mais se demanda brièvement s’il était malade ou… Oh, et puis, quelle importance ?

Nat’Ash enfourcha sa monture, et Alizarine fit pivoter Ellébore, lui faisant quitter l’amas rocheux. Derrière elle, elle entendait le claquement des sabots de la monture du lunatique. Il la suivait, donc.



|  La Pie Voleuse  |



(Double-compte de Karaellys. Merci Aki pour le kit *.*)
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
Nat'Ash suivait Alizarine sur le chemin qui descendait vers le sud, un demi pas derrière elle, sur sa gauche. Il tenait à ce qu'elle reste ainsi, car il avait sa hache prête a l'emploie dans cette configuration. L'homme installé a moitié sur son cheval gémissait de temps en temps. Il songea qu'il avait bien fait de disparaître, sinon une prime aurait pu apparaitre sur sa tête. Il se félicita de n'avoir jamais fait parti de l'armé régulière, sinon il aurait été poursuivit comme déserteur. Cependant, il valait mieux se faire discret, et la région était parfaite pour se remettre en forme une fois qu'il aurait renouvelé son matériel.

Il commença à songer a tout ce dont il allait avoir besoin. Une lance, une nouvelle hache, un stock de carreaux, puis faire re-feré son cheval, quoiqu'il commençait a se faire âgé, pourquoi ne pas s'en procurer un autre? bah, cette vieille jument ferait encore des kilomètres, surtout que la majorité du temps, il marchait a ses cotés. Il fallait aussi qu'il entretienne ses armes, et puis qu'il se rachète tout le matériel et de nouvelles pièces d'armure. Trop de choses.

La jeune femme semblait avoir bien des choses à faire, et ses fréquents regards vers le sud montrait qu'elle ne semblait pas gouter cette région. Lui y resterait encore un bon moment...
à cette pensé, il ricana.
La neige tombait doucement. Cela l'arrangeait bien, les choses devenaient bien plus visibles sur fond blanc. Il sentit la ville avant de la voir. Après tout ce temps sans s'être approché d'une ville, il sentait la fumée et la crasse. Un instant la nostalgie de sa jeunesse en temps que bucheron dans les abords de la cité lui revint. Elle repartie assez vite, pour laisser place a une concentration total à l'approche de la ville. Il n'en n'avait plus l'habitude, et il allait devoir être très concentré pour ne pas faire d'erreur dans les premiers temps. Ensuite, ses réflexes reviendraient, mais en attendant...

-Méfiance...
- Que dis tu?
Répondit sa voisine, sortant elle aussi de ses pensés. Elle avait momentanément oublié qu'il ne s'adressait peut être pas à elle.
-Il va être temps de nous séparer, aussi je me demande quelle formule de politesse ampoulé je vais bien pouvoir inventer... Je rigole, tu me prends sûrement déjà assez pour un fou, enfin je suppose... Quoique.. enfin, avant de nous séparer, je souhaite savoir si...
La suite se perdit dans son foulard. Mais cette fois, il n'avait pas fini sa phrase.

Il arrêta sa monture, ils n'étaient pas très loin des portes de la ville.
Il repris:
-Bref, au revoir... peut être...
avatar
Alizarine Rethelson
Mercenaire
Ils se mirent donc en route ensemble, Nat’Ash marchant légèrement derrière Alizarine, mais suffisamment décalé pour qu’elle puisse l’avoir dans son champ de vision. La chasseuse de prime ne baissa pas sa garde. Elle n’aimait définitivement pas ce type. Bizarre, lunatique, vaguement cinglé. Parfois, il marmonnait dans son foulard, parfois il ricanait à voix haute sans prévenir… Sérieusement. Il flanquait la chair de poule.

Le chemin lui parut long, et pas seulement à cause de la compagnie qu’elle avait. Il faisait un froid de canard, et les nuages annonciateurs de neige se rapprochait. Alizarine n’aimait pas ce coin. Surtout seule. Quand elle avait voyagé avec les Th¨ls dans le Nord, ça avait été enrichissant et agréable. Là, c’était frigorifiant et angoissant. Elle préférait de loin Al-Far, même avec toute sa racaille et ses rues sales. AU moins, en ville, on pouvait trouver de quoi manger et boire et se loger, ou même un simple abri contre le vent.
Alizarine ne se considérait pas comme une fille de la ville (essentiellement parce que c’était ce que ses parents avaient voulu faire d’elle, une gentille fille de la ville qui ne serait jamais sortie d’Al-Vor), mais en y réfléchissant… Elle était plus à l’aise dans les agglomérations, mêmes petites, que dans les espaces sauvages. Oh, elle se débrouillait très bien toute seule dans les plaines, vallées, landes et autres coins perdus. Mais la ville, avec ses gens, ses commerces, ses codes acquis… C’était un environnement qu’elle maîtrisait plus, et qu’elle appréciait de ce fait davantage.

Et même un hameau piteux, ou une ville pourrie comme Al-Far, valait mieux qu’une lande désolée, gelée, et qu’elle devait partager avec un criminel ligoté et un lunatique armé d’une fichue hache !

Finalement, ils parvinrent en vue des portes d’Al-Far. Nat’Ash se remit à marmonner dans son foulard, puis éleva finalement la voix :

– Il va être temps de nous séparer, aussi je me demande quelle formule de politesse ampoulée je vais bien pouvoir inventer....

Il dut voir la tête d’Alizarine, car il ajouta en ricanant légèrement :

– Je rigole, tu me prends sûrement déjà assez pour un fou, enfin je suppose... Quoique..


Et il se remit à marmonner : la suite se perdit dans son écharpe. Alizarine secoua la tête, éberluée. Il lui manquait vraiment une case, à celui-là !

A quelques distances de la porte, cent mètres ou moins, Nat’Ash ralentit, puis arrêta sa monture, et lâcha d’un ton vaguement étouffé par son foulard :

– Bref, au revoir... peut être...

J’en doute, failli dire Alizarine. Elle se contint. Elle passait son temps à fouiner dans Al-Far, il n’était pas exclu qu’elle tombe sur Nat’Ash à nouveau… Mais, au lieu de ça, elle répondit d’un ton vaguement ironique :

– Au revoir. Ce fut un plaisir !

Et elle talonna sa jument, franchissant les portes de la ville dans la minute, Ulmar toujours ligoté en croupe. Il était temps d’empocher sa récompense. Et ensuite, un repas chaud !


________________________________


RP terminé ? Sauf si tu veux répondre encore, Nat' ! ^^



|  La Pie Voleuse  |



(Double-compte de Karaellys. Merci Aki pour le kit *.*)
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum