RSS
RSS
AccueilEncyclopédiePrédéfinisGuide du JoueurQuestionsMusique

Forum de RP dans le monde d'Ewilan, de Pierre Bottero. De nombreuses années ont passé depuis les aventures d’Ewilan et de ses compagnons et l’Empire a plus que jamais besoin de votre assistance.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Séléna ¤ Légionnaire au cœur tendre

avatar
Séléna Til'Lana
Légionnaire Noire
Séléna Til'Lana
Alavirienne | Légion Noire | Maître d'Armes

Généralités

Nom : Til'Lana
Prénom : Séléna
Sexe : Femme
Âge : 56 ans
Lieu de Naissance : Sur les rives du lac d'Al-Chen.
Peuple : Alavirienne de souche.
Métier : Légionnaire noire à la retraite, maître d'armes.

Crédits : Noodlerface

Description Physique

« Nom d'un siffleur rassis ! » | Séléna Til'Lana
Il paraît qu'elle est trop vieille pour faire encore parti de la Légion Noire. Il paraît qu'elle devrait prendre sa retraite. Malheureusement, elle n’a jamais tenu compte de l’avis de ces jeunes pousses au faciès de ts’lich, comme elle les appelle. Ce n’est pas aujourd’hui qu'elle va commencer. Jamais elle ne reconnaîtra ne plus avoir toute sa jeunesse, malgré que son miroir ne cesse de se lui rappeler tous les matins. Elle a l’impression d’avoir rapetissé, malgré que sa posture soit toujours aussi rigide et sa chevelure est maintenant plus grise que noire. Avec l’âge, elle a troqué son éternelle tresse ébène pour un chignon grisâtre. Son visage est sec comme un vieux saucisson de siffleur, souligné par ses pommettes osseuses et ses sourcils arqués. Si ses yeux gris ne voient plus aussi clair qu’avant, elle a encore une audition à toute épreuve, au grand malheur de ses apprentis. Sa musculature a fondu, lui laissant plus la peau sur les os qu’autre chose. Ce qui est toujours mieux que d’avoir pris du poids. Malgré qu'elle essaye obstinément de les ignorer, ses articulations craquent sans arrêt et surtout, sans raison. Qu’on ne s’y trompe pas, elle a encore la force d’infliger une solide correction aux jeunots et aux piètres combattants, mais elle n’aurait plus la prétention de pouvoir mettre une raclée aux hommes dans la force de l’âge.

Lorsqu'elle est à la caserne de la Légion, elle porte bien évidemment l’uniforme obligatoire, agrémenté des attributs propres à son statut de maître d’arme. Elle se contente de quelque chose de plus discret lorsqu'elle prend la route, à titre personnel. Dans la majorité des cas, une tunique de lin, un pantalon en cuir souple et une épaisse ceinture qui tient le tout. Quelque chose de très similaire à l’uniforme finalement, mais neutre. De cette façon, les gens ne font que rarement attention à sa personne. Son armure de vargelite ne sort plus que très rarement de son coffre, maintenant qu'elle ne sort pratiquement plus de la caserne en mission. On a beau dire qu’un légionnaire sans son armure est un légionnaire démuni, elle lui est inutile dans la caserne et s’avère encombrante en voyage. Même légère et bien rangée, elle est lourde et prend plus de place qu’il n’y en a sur le dos d’un cheval.

Ses armes ne sont plus de la première jeunesse, comme elle, mais elle ne peux se résoudre à s’en séparer. Elle les a particulièrement bien entretenu toutes ses années. Une épée courte dans la veine des légionnaires, quelques dagues diverses et sans valeurs et un arc court démontable déniché il y a des années dans une sordide mais géniale boutique d’Al-Chen qui a fermé depuis. Elle essaye en général de récupérer les flèches qu'elle taille elle-même.

Caractère

« Au boulot, bande de rejetons d'un Raï et d'un Ts'lich ! » | Séléna Til'Lana
Un jour, elle a entendu un apprenti la décrire comme étant intraitable, caractérielle et sacrément sévère. Une raclée plus tard, il s'excusait platement. N’empêche qu’il avait entièrement raison. La plupart des gens censés de la Citadelle la fuit, pour la simple et bonne raison que si elle adresse la parole à quelqu’un, c’est soit qu’elle a quelque chose à lui reprocher, soit quelque chose à lui demander. Elle donne l’impression de n’aimer rien ni personne, ce qui est pourtant loin d’être vrai. Simplement, c’est une femme qui a toujours refusé de se laisser maltraité par la dure réalité de la vie. Comme elle le dit parfois, c’est relever la tête ou pleurer sur son sort — il suffit de lui jeter un coup d’oeil pour comprendre qu’elle a les yeux aussi secs qu’une branche brûlée. Elle s’attache au contraire facilement aux gens, bien trop vite à son goût et sa rigidité n’est qu’une façade dont elle se sert pour se protéger. Elle déteste se séparer de ses apprentis et profite de chaque occasion pour visiter sa famille à Al-Chen. Elle ne sourit que très rarement et ce n’est jamais bon signe quand ça arrive.

La seule mention de son nom parmi les apprentis légionnaires forcent le respect. Elle a la réputation d’être la maître d’arme la plus sévère depuis Edwin Til'Illan en personne, mais on dit aussi qu’elle fait définitivement parti des meilleurs. Aussi bien qu’elle a toujours exigé encore plus que le meilleur d’elle-même, elle pousse chacun de ses apprentis à se dépasser au delà de ce qu’ils s’imaginaient seulement être capable. Ses méthodes d’apprentissage ont d’ailleurs longtemps fait polémique au sein de la Caserne, jusqu’à ce qu’elle pousse la gueulante du siècle, exigeant qu’on lui foute la paix étant donné qu’elle formait les meilleurs des meilleurs. Ce que les autres ont bien été obligés de lui reconnaître, les faits étant là. Sa modestie naturelle et totalement inexistante s’en est absolument pas améliorée. Ses apprentis la redoutent au moins autant qu’ils sont fières qu’elle les aient choisis. Les compliments sont rares et les brimades nombreuses, mais s’ils sont là, c’est qu’ils le méritent et qu’elle a vu quelque chose en eux. Ils doivent se contenter de ça.

Elle n’a que très peu de regrets sur la façon dont elle a mené sa vie, n’ayant jamais laissé personne lui dicter sa conduite dans sa vie personnelle. En revanche, si elle devait refaire certaines choses, elle aurait probablement fait des choix différents. Elle aurait aimé pouvoir passer plus de temps avec sa fille, malgré qu’elle sait avoir fait ce qui était le choix le plus raisonnable. La vie tranquille que ses soeurs se sont aménagées ne lui aurait jamais convenu et il lui était impossible de trimbaler un enfant à tous les coins les plus dangereux de tout l’Empire. Malgré qu’elle soit issue de la petite noblesse d’Al-Chen, elle s’est toujours tenue éloignée de la Cour avec le plus grand soin. Bien qu’elle soit capable de se montrer sociable et aimable, elle refuse de faire l’effort, exécrant tout ce qui s’approche de près ou de loin à la noblesse, leurs manières et leurs jeux de pouvoir. Avec son franc parler, il est depuis longtemps établi qu’elle n’a de noble que le nom. Elle est d’ailleurs connue à la Caserne comme étant la personne qui possède le panel de jurons et d’insultes le plus développé de la ville, si ce n’est de l’Empire. Il est pourtant très fortement déconseillé d’en rire au risque de lui en faire inventer de nouveau.

Histoire

« Va te faire une cape avec la barbe de Merwyn ! » | Séléna Til'Lana
L’histoire de Séléna n’est pas plus palpitante que celle de n’importe quelle autre individu, mais elle permet de mieux comprendre ce qui a fait d’elle ce qu’elle est aujourd’hui.

Karon Til’Lana, le père de Séléna faisait parti de la petite noblesse d’Al-Chen. Ses propres parents tenaient une ferme, mais faute de moyens, ils en étaient venus à travailler la terre par eux-même. Pour pouvoir subvenir au besoin de la famille, Karon n’eut d’autres choix que d’approuver le mariage que ses parents avaient négocié en son nom. Il épousa donc Mera Nour, fille unique de riches fermiers, qui possédaient nombres de terres en bordure du lac Chen. L’affaire était profitable aux deux camps, les parents de Mera voyaient leur fille s’élever socialement tout en s’assurant que son futur époux serait capable de lui offrir un avenir décent. Et les parents de Karon offraient un avenir à leur fils. Naquirent de cette union, huit enfants - dans l’ordre - six filles, un garçon et Séléna, la petite dernière.

La différence d’âge entre les deux derniers et les six grandes soeurs ont toujours poussé Séléna et Atrem a joué ensemble. Tandis que les grandes soeurs s’adonnaient à des activités plus paisible, les deux plus jeunes étaient capables de passer des après-midi entières à jouer dans la forêt, à faire la course avec les siffleurs ou à se battre avec des bâtons. Leur jeu préféré restait sans aucun doute de reproduire les batailles que leur oncle leur avait conté. Udel, le frère de Karon, légionnaire noir, avait toujours une bonne histoire à raconter à propos de ses dernières cicatrices et les deux derniers de la fratrie l’adulait quand bien même on le voyait trop rarement selon eux.

Leurs jeux devinrent de moins en moins de jeux au fur et à mesure qu’ils grandirent, et de plus en plus une réalité. Tandis qu’Atrem parlait de plus en plus d’aller à Al-Jeit pour s’engager dans l’Armée Impériale, Séléna considérait elle aussi la situation. L’avenir auquel ses soeurs étaient promis semblaient leur plaire, mais elle se voyait pas vivre de cette façon. Elle rêvait d’aventures, de batailles et de gloire, sans se douter qu’un champ de bataille ne ressemblait absolument pas à ce qu’Oncle Udel avait toujours raconté.

Séléna avait seize ans, lorsque ses parents partirent à la Capitale pour y faire des affaires, comme il le faisait chaque année à la fin de l’hiver depuis que les grandes soeurs étaient capables de gérer la maison. Ils n’eurent plus jamais de nouvelles d’eux. Ils comprirent qu’ils n’en auraient plus jamais en recevant une lettre de l’Oncle Udel plusieurs semaines après, qui s’inquiétait de ne pas les avoir encore vu. Il s’écoula deux ans pendant lesquels ils cessèrent progressivement d’espérer. Les grandes soeurs étaient déjà presque toutes mariées, la propriété ne cessa de s'agrandir pour pouvoir accueillir les maris, et puis rapidement, les enfants. Et plus la ferme commençait à devenir un hameau, moins Séléna et Atrem se sentait à leur place.

La décision mûrement réfléchie, ils profitèrent du dix-huitième anniversaire de Séléna pour annoncer qu’ils partiraient pour Al-Jeit dès que les moissons seraient terminées. Et c’est ce qu’ils firent, profitant d’une caravane qui avait accepter de leur offrir une place contre quelques corvées. La première chose qu’ils firent en arrivant à Al-Jeit vu de demander où était la Caserne. Quelques formalités plus tard et un bon coup de gueule pour Séléna - je suis pas une gamine, je veux me battre - on leur donnait leur matériel de soldats et leur place dans les dortoirs. Les débuts furent dures, car contrairement à ce qu’il pensait, ils étaient incapables de se battre. L’entraînement dura jusqu’à la fin de l’hiver suivant et au printemps, ils eurent le droit de partir en patrouille. Ils se rendirent vite contre que ça n’avait rien de bien glorieux.

Pour leur troisième mission, ils furent envoyer pour patrouiller sur la route qui longe la côte entre Al-Jeit et la Passe de la Goule. Ils étaient encore à quelques heures de marche de la Passe quand la compagnie tombe dans une embuscade. Une volée de flèches sort de nul part, dans leur direction. Atrem marchant alors devant, l’une d’elle vient se planter sans sa gorge, ne lui laissant aucune chance de survie. Il s’ensuit une bataille acharnée où Séléna se démène comme un diable pour abattre jusqu’au dernier de ses satanés Alines. Ses compagnons diront d’elle plus tard que si elle n’avait pas été là, ils ne s’en seraient peut-être jamais sortis. Mais ce n’était pas tant l’instant de survie qui l’avait poussé à agir comme ça, du moins sur le coup, tout le monde le savait bien, c’était plutôt la rage d’avoir vu son frère mourir sans qu’il ne lui soit donné la moindre chance de se défendre.

En écrivant la lettre pour annoncer la nouvelle à ses soeurs, elle se jure que celles-ci n’auront pas à recevoir une lettre de ce genre de son supérieur. C’est à partir de cet instant que Séléna commence à être connue comme la furie qu’elle était devenue. Sa colère lui donnait le sang chaud et elle réagissait au quart de tour, préférant frapper avant de poser les questions.

Elle fête à peine ses vingt-quatre ans lorsqu’elle est contactée par un des recruteurs de la Légion Noire, alors qu’elle se meurt d’ennui lors d’une permission forcée. Il est direct, lui faisant remarqué tout ce qui ne va pas chez elle, de sa façon de se battre aux raisons qui la pousse à le faire. Puis, il termine son monologue en lui proposant de se présenter aux épreuves de sélections. Elle refuse tout net, et devant l’insistance du recruteur, lui répond qu’apparemment, elle est bien trop mauvaise pour ça. Il réplique sèchement que c’est donc un ordre et, contrainte et forcée, elle finit par se présenter aux épreuves. La réponse lui parvient quelques jours après seulement, elle est prise. Le lendemain, elle transfère toutes ses affaires dans son nouveau dortoir et les entraînements recommencent.

Ce sera son entraînement de légionnaire qui aura raison de sa hargne et de sa colère brute. Elle comprend rapidement que, non canalisé, sa rage l’épuise bien trop vite et que c’est ce qui finira par la faire se tuer prématurément. Et bien que son instinct de survie ait été jusque là réduit au strict minimum, il finit par se réveiller et elle progresse vite. Il lui faut encore trois ans entrecoupés de missions pour parvenir à obtenir sa prestigieuse armure de vargelite. C’est durant son entraînement qu’elle rencontre Ewen, élève légionnaire de quelques années son aîné.

Parmi ses nombreuses conquêtes, il est celui qui deviendrait le père de sa fille. A cause de la naissance, elle doit mettre sa carrière de Légionnaire en veille pendant un hiver entier. Elle rentre à Al-Chen dès la fin de l’été, au lendemain de ses vingt-neuf ans, au plus grand bonheur de ses soeurs qui sont ravis de l’avoir à la maison et qui espèrent bien la convaincre de ne jamais repartir. Toute la maisonnée déchantera rapidement au fur et à mesure de l’hiver tellement le fait de ne pouvoir rien faire la met dans une mauvaise humeur permanente. A la fin de l’hiver, alors que la petite Arwena fête à peine ses trois mois, Séléna quitte Al-Chen en laissant sa fille au bon soin de ses tantes. Elle se sent totalement incapable de jouer son rôle de mère, incapable de vivre la vie de ses soeurs… et malgré que ce soit une décision difficile, elle reprend sa place dans les rangs de la Légion.

Même si la mort de ses parents commence à dater, Séléna n’a jamais eu cesse d’élucider le mystère de leur disparition. Il ne fait aucun doute qu’ils sont morts et même si elle sait que leur tombe à Al-Chen restera vide à jamais, elle ne peut s’empêcher de chercher l’explication. Alors au fil de ses patrouilles dans l’Empire, elle pose des questions aux villageois et aux fermiers sur la route entre sa ville natale et Al-Jeit. Sans succès jusque là. Un jour, en permission dans la Capitale, elle rejoint, comme à son habitude, la taverne la plus proche de la Caserne, toujours envahie par les Légionnaires. De fil en aiguille, elle vient à discuter avec l’un d’entre eux qu’elle connaissait jusque là de visage, mais pas de nom. A l’instant où elle se présente à lui, il reconnaît son nom. A sa plus grande surprise, il lui raconte avoir voyagé avec ses parents entre Al-Chen et un petit village à deux jours de la Capitale.

Ces informations en main, ce qui est plus que ce qu’elle n’a jamais eu jusque là, elle profite des prochaines patrouilles sur la route pour interroger tous les gens qu’elle croise entre la Capitale et le dit village. Et la chance finit par lui sourire. A mi-chemin, elle rencontre un vieux fermier qui se rappelle vaguement d’une caravane massacrée. Il lui raconte alors qu’il n’a jamais su qui les voyageurs étaient, mais qu’ils les ont enterrés non loin du lieu de l’attaque. Sous un vieil arbre à quelques pas de la route. Il est honteux de lui raconter qu’il a dû vendre leur affaire, celles qui restaient pour pouvoir passer le très mauvais hiver qui en a suivi et qu’il ne lui reste plus rien. Le lendemain, il ne lui faut pas dix minutes pour retrouver l’endroit, qu’elle quitte en promettant de revenir.

Il s’écoule encore quelques années, durant lesquelles Séléna est promu capitaine de faction, avant qu’elle n’atteigne l’âge de quarante ans. Sa fille a maintenant dix ans, et bien qu’elle soit toujours aussi ravie de la voir quand sa mère lui rend visite à Al-Chen, leur relation se fait plus difficile. Arwena en veut à sa mère à chaque départ et commence à la bouder même lorsqu’elle est là. Mais Séléna se refuse toujours à prendre sa retraite, considérant qu’elle a encore le temps pour ça et, à sa plus grande surprise, on lui propose de devenir maître d’armes pour les jeunes recrues. Ce qu’elle accepte après une longue période de réflexion.

Malgré qu’elle forme les recrues à la Caserne, elle continue de faire des patrouilles, à la tête de compagnie d’élèves légionnaires. L’enseignement lui convient bien, malgré que le reste lui manque. Il lui donne aussi plus de temps pour aller voir sa fille, malgré que les rapports entre elle et Séléna ne cesse de se dégrader au fil des années. Arwena reproche, et à juste raison, le fait que sa mère l’est abandonné pour sa carrière, qu’elle ne connaisse même pas son père et que son père ignore son existence. Mais Séléna ne peut pas réparer les erreurs du passé et elle a de toute façon perdu tout contact avec le père d’Arwena.

La grande invasion raï commence alors que cela fait déjà presque dix ans que Séléna enseigne. Elle participe aux toutes premières batailles, avant de rentrer à Al-Jeit, gravement blessée. Elle n’a plus l’âge pour les batailles héroïques et les affrontements sauvages avec les guerriers cochons. Ses anciennes blessures, fractures et autres se rappellent à elle après trop d’effort et elle mettra presque un hiver à se remettre de sa dernière bataille. Considérant plus sage de renoncer aux champs de bataille et de laisse ça aux jeunes, elle se consacre alors à enseigner.

Depuis, sa relation avec sa fille s’est légèrement améliorée depuis que celle-ci a dépassé la vingtaine. Mais elle n’est toujours pas décidée à partir à la retraire, elle occupe des appartements privés dans la Caserne d’Al-Jeit et continue à prendre un malin plaisir à terroriser les élèves légionnaires.

Informations personnelles

« LI-COR-NEUUUUUUUH » | C'pas moi !
Pseudo : Lnou, aka. Cristal (ou alors Sysy, Camion, Tati. Bref, servez-vous, c'est gratuit !)
Age réel : 11 x 2 = 5 + 17 = 36 - 14 = ? ans. (Je vous fais travailler, voilà !)
Pays d'origine : Euh... pour l'instant, encore UTC +2 !

Parlez-nous de vous : Vous voulez pas savoir. Dis leur toi, qu'ils veulent pas savoir !
Familier avec l'univers de Pierre Bottero? : Pierre Bottero  Oh oui !  In love  Happy 2  Tip hat  pompom  :4233:

Comment avez vous connu le forum ? : MOUAHAHAH !  Mouahah
Un commentaire sur le forum ? : Sans déconner, c'est trop de la merde dans le coin.

Demande particulière : Je voudrais un traîneau tiré par des licornes et chevaucher dans les arc-en-ciels. thatlook
Oh si, tout ceux qui ne souhaitent pas la bienvenue à Séléna seront punis de bannissage de la CB : durée indéterminée.


Voir le profil de l'utilisateur http://www.ewilanrpg.com/
avatar
Alec Ezilea
Lieutenant Frontalier
UN TRIPLE COMPTE!! Une maitre d'arme légionnaire, en plus, c'est le bout du bout du épic-awesome-à-paillettes Oh oui ! Oh oui ! Oh oui ! Oh oui ! Oh oui ! Oh oui !
Ca va me faire craquer pour jouer mon Aline tout bientôt ca xD

Bref, bienvenue à Séléna!
J'ai hate de pouvoir lire sa fiche! Si tu lui cherche des liens d'ailleurs, j'imagine qu'on peut facilement trouvé quelque chose pour Alec :3

C'est pas tout à fait ça, mais ça vomi des arc-en-ciel donc c'est un début, et on pourra emprunté le traîneau de Kyllian pour compléter le tout Face


PLUIE D'AMOUR SUR TA TÊTE ET LONGUE VIE A LA RETRAITÉ-LÉGIONNAIRE-BADASS-LICORNE!!
Happy 2 In love Deadly Hug :4233: pompom houray :rainbowwsheeep




Administratrice aux cotés de Syane Ril'Devah
Aperçut de mes personnages:
Voir le profil de l'utilisateur http://dadou34.wix.com/danicka-raymond
avatar
Aelya Ceriosé
Marchombre
*est encore en train de calculer l'âge de Sysy, trop dur les additions*

AH TROP COOL UN NOUVEAU PERSO POUR LE GRAND MANITOU :3
En plus elle a l'air mignonne. Non je rigole elle est trop badass :P :4233:
Bienvenueeee à ta jolie légionnaire ! (T'auras craqué vite. Bon Aki on voit ton nouveau perso d'ici trois jours c'est ça? :P )

CÂLIN SUR TA BOUILLE Deadly Hug


« Je chante et pleure, et veux faire et défaire,
J’ose et je crains, et je fuis et je suis,
J’heurte et je cède, et j’ombrage et je luis,
J’arrête et cours, je suis pour et contraire. »
[Abraham de Vermeil]


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Karaellys Cedrith
Informatrice
LE RETOUR DE SELENA ! Youhou !

C'est la même Séléna que dans l'ancien fow, ej suppose... Diable, quand tu as créé ce perso, c'était une apprentie qui tendait à la révolte contre l'Empereur : je jouait encore Kira la Marchombre, et on planifiait une attaque sur le palais. Elle a vieilli la 'tite Séléna ! x)

Bref, re-bienvenue et tout le tintouin ! J'ai hâte de voir ce que tu vas en faire *.*



~ Wanna hear a secret ? ~

Voir le profil de l'utilisateur http://rambling-of-a-potterhead.tumblr.com/
avatar
Séléna Til'Lana
Légionnaire Noire
Merci tout le monde ! ♥

@Kara: Elle était toujours là dans ma tête, j'ai essayé de la virer, mais sans succès. Alors ouais, elle est de retour ! Elle avait quand même déjà survécu à deux versions d'Ewi (en prenant quelques années entre les deux, mais quand même) ça compte !
Je sais pas trop trop ce que je vais en faire exactement, il faut que je remanie pas mal son histoire qui était digne d'une MS... *honte* ...mais ça nous rajeunit pas cette histoire. XD


Voir le profil de l'utilisateur http://www.ewilanrpg.com/
avatar
Invité
Invité
BIENVENUE SYSY hellooo!

Voilà des Licornes Oh oui !

Comme ça je serais pas banni : P
avatar
Séléna Til'Lana
Légionnaire Noire
J'ai enfin terminé la fiche de la terrible Séléna ! Poney

Prenez garde, elle arrive pour vous terroriser tous... Naaah
(J'avoue, l'idée de pouvoir profiter de la nouvelle couleur m'a gravement motivé. XD)

Yoyo » Merci pour les licornes ! Hug


Voir le profil de l'utilisateur http://www.ewilanrpg.com/
avatar
Fynn Fearàin
Capitaine Pirate Aline
Bravo pour la fin de la rédaction de ta fiche ma Sysy!

Comme je m'y attendais, c'est une fiche nickel! J'adore littéralement son caractère, elle va être tellement intéressante en RP. Si je n'étais pas déjà surchargée, je t'aurais proposé un RP avec Fynn, s'aurait fait des explosions et des ravages jusqu'à Al-Poll xD Mais on peut se garder ca en réserve si tu veux^^
Je la valide donc, comme ça tu pourra profiter de la nouvelle couleur (qui colle avec ton avatar, omg xD) Face

Re-bienvenue encore, longue vie à Séléna, et PLUIE D'AMOUR SUR TON NEZ! Deadly Hug




Administratrice aux cotés de Syane Ril'Devah
Spoiler:
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum