RSS
RSS
AccueilEncyclopédiePrédéfinisGuide du JoueurQuestionsMusique

Forum de RP dans le monde d'Ewilan, de Pierre Bottero. De nombreuses années ont passé depuis les aventures d’Ewilan et de ses compagnons et l’Empire a plus que jamais besoin de votre assistance.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Sérénade des âmes [TERMINE]

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

avatar
Serena Quinn
Apprentie Marchombre
Serena Quinn
Marchombre | Apprentie | Danseuse

Généralités

Nom : Quinn
Prénom : Serena
Sexe : Entièrement femme !
Âge : 19 années de vie
Lieu de Naissance : Née dans l'Ouest désertique, dans un petit village forestier, près de la forêt de Baraïl.
Peuple : Future apprentie Marchombre (recherche d'un maître !)
Métier : Danseuse, si on veut être général.

Crédits : Images du kit par JustinGedak on Devianart + tour de magie dessus par Aki !

Description Physique

C'était le genre de fille qui arrivait à te faire croire qu'elle avait inventé l'amour | Daniel Sil’Horan
  La façon dont elle était rentrée dans sa vie resterait gravée dans sa mémoire. Cela faisait un an, déjà, et il s’en souvenait comme si c’était hier, dans les moindres détails.

«  La fête battait son plein. Le soleil brillait, la musique résonnait, joyeuse et entraînante, et toute la ville semblait profiter des festivités. Aux cracheurs de feu se succédaient les acrobates, les jongleurs, les comédiens, les chanteurs. Le nom du monde était joie, et la procession défilait sous les yeux des spectateurs enchantés. Lui, Daniel Sil’ Horan, était un Alavirien, appartenant à la petite noblesse d’Al-Vor, mais il n’a jamais fait partie de ces stéréotypes des nobles : riches, radins, et égoïstes. Âgé d’une trentaine d’années à l’époque, il déambulait à travers les ruelles, appréciant ce qu’il voyait, donnant des pièces triangulaires aux artistes qui lui plaisaient. Il adorait se mêler à la plèbe, c’était tellement plus divertissant, surtout en temps de fête, comme aujourd’hui. Il observait un de ces sculpteurs de branches, au talent rare, quand son attention fut attirée par une mélodie entrainante et un brin familière, pas loin d’ici. Daniel s’avança, guidé par la musique, et arriva près d’un attroupement. La foule, assez dense, entourait une estrade de bois sur laquelle trois femmes se tenaient. Il ne voyait pas encore assez bien, et il se rapprocha, bousculant quelques hommes au passage sans le moindre regret. Des danseuses, c’étaient des danseuses. Il avait l’habitude d’en voir, mais resta quand même. Il n’avait rien d’autre à faire de toute façon. Son regard s’attarda donc en premier sur les femmes plus proches de lui, d’une grande beauté, drapées dans des étoffes légères et qui ne couvraient pas totalement leurs corps gracieux. Elles se mouvaient avec rythme sur la mélodie, et il sourit, appréciant le spectacle - comme n’importe quelle personne de la gente masculine dans la foule, ne nous cachons rien ! Mais c’est alors qu’il la vit s’avancer…

  Elle était belle, par la Dame, elle était belle. D’une beauté saisissante, au point que son cœur rata un battement. Elle était jeune, il lui donnait environ dix-huit printemps. De taille moyenne, fine et élancée, elle virevoltait sur l’estrade, au son de la musique rythmée par des percussions. Gracieuse, sa longue chevelure noire en bataille parsemée de plumes lui donnait des allures de sauvageonne. Elle portait des vêtements de fourrures légers, le haut s’arrêtait au dessus du nombril et la mettait terriblement en valeur, soulignant ses formes et ses muscles bien dessinés ; sa longue jupe accompagnée de grelots tintait au mouvement de ses hanches. Emportée par la mélodie, elle déroulait son art. C’était la comparaison qu’il avait trouvé...

  Elle s’appropriait la musique, la chorégraphie, la faisant sienne à sa manière. Les percussions de la musique se traduisaient par des déhanchés à faire mourir d’envie les hommes ; et ses bras accompagnaient la danse, légers, gracieux, semblants voler. Pendant le temps entier de la danse, il ne vit qu’elle, seulement elle, toujours elle, oubliant le temps, subjugué. Lorsque l’enchantement prit fin, il s’approcha aussitôt, ne voulant pas la voir partir si vite. Assise sur le bord de l’estrade, un gobelet rempli de pièces à la main, elle remerciait du regard chaque personne qui donnait de l’argent. Quand il fut près d’elle, il fut cloué sur place par son regard, à la fois sauvage, impassible, teinté de mélancolie, qui se posa sur lui. Elle avait des yeux verts étincelants, une peau légèrement mate, un nez fin, des lèvres charnues et des sourcils épais. « Une déesse » se répéta-t-il dans son esprit embrumé par cette créature si belle que c’en était surnaturel. Il sut alors, à ce moment précis, qu’il était tombé amoureux de Serena. »

Caractère

Personne ne devient quelqu’un s’il ne possède rien | Serena Quinn
  « Loin d’être parfaite, elle était même très loin, au contraire de ce que vous pourriez penser. Elle faisait partie de ce groupe de personnes passées maîtres dans l’art du « visage masqué ». Quand vous la regardiez, vous vous heurtiez à un regard neutre, impassible, et des yeux vides. Personne ne savait jamais ce qu’elle pensait, elle était un mystère à elle seule. Elle ne lui disait jamais grand-chose, mais il l’aimait, comme un fou. »

  La pauvreté avait laissé ses marques sur elle. Pas physiquement, mais plutôt moralement. Elle se considérait comme une cause perdue, tout simplement. On ne pourrait jamais rien faire pour elle. Elle n’était qu’une pauvre fille sans le sous, comme la moitié des habitants d’Al-Vor, qui devait, comme tous les autres, trouver comment s’en sortir. Aucunes convictions, aucunes croyances. Aucun espoir d’être un jour meilleure. Comment aurait-elle pu être quelqu’un d’autre de toute façon ? Elle n’avait pas le don du Dessin, elle n’avait que trop peu de connaissances, qui auraient pu lui permettre d’avoir un meilleur métier, et elle ne possédait pas non plus le talent des armes. Certes, elle savait tirer à l’arc, ou se défendre contre les hommes s’ils étaient assez ivres, mais c’était tout. Personne ne devient quelqu’un s’il ne possède rien.

  Serena était consciente de sa beauté, elle l’employait pour gagner sa vie. Ca ne lui plaisait pas, mais avait-elle le choix ? Autant faire quelque chose d’agréable, plutôt que de se tuer à la tâche comme ces enfants condamnés à faire le travail des adultes aux champs.
  Danser, c’est ça qui lui plaisait. Certains ont d’autres passions, certes plus recommandables, tel le combat ou l’équitation. Mais elle savait que la danse était son registre, c’était bien la seule chose dans laquelle elle était douée d’ailleurs. Quand elle se mouvait sur la musique qui retentissait à ses oreilles, elle se sentait transportée. Libre. Elle s’échappait de sa cage comme un oiseau, et elle planait…

  Serena savait que c’était pour cette raison que les hommes avaient commencé à s’intéresser à elle, mais elle n’en tirait aucune fierté ou satisfaction personnelle. « On récolte ce que l’on sème » se disait-elle. Elle ne se contentait que de les satisfaire, -sans oublier de les faire payer après. La jeune femme  les trouvait faibles d’être à ce point envoutés par les femmes et leurs charmes. Oui, c’est ce qu’elle pensait : les hommes étaient faibles. Elle l’apprit bien vite et en tira profit.
  Malgré sa façade assez impassible et mélancolique, elle était quand même une personne assez ouverte. Elle n’hésitait pas à aider les autres, surtout les enfants de la rue qu’elle croisait bien trop souvent à son goût. Etant assez demandée  pour ses talents, elle partageait avec des amies danseuses, couturières ou prostituées ce qu’elle gagnait ou volait quand elles n’avaient pas assez pour survivre. Malgré ses airs sauvages aux premiers abords, elle était très solidaire avec les autres de la même condition sociale qu’elle. Elle haïssait, au contraire, les nobles et les riches marchands, et n’hésitaient pas à les voler, ou bien les attirer dans son lit, pour les dépouiller ensuite sans que leurs cerveaux attardés ne comprennent qu’ils étaient dans un piège ; avant de s’échapper, laissant ces pauvre imbéciles seuls dans leur amour-propre brisé. Elle adorait jouer à ça, c’était grisant. La vie c’était juste ça : des grands moments de vide, entrecoupés de quelques moments de bonheur.

Histoire

La vie ce n'est pas attendre que la tempête passe mais plutôt apprendre à danser sous la pluie  | Serena Quinn
  Serena est née de l’amour passionnée de ses parents, sa mère étant une Faëlle, et son père un Alavirien, forgeron. Ils habitaient tous les trois, dans un village forestier près de la forêt de Baraïl, dans une petite maison près d’une rivière. Serena hérita de sa mère sa beauté exotique et sauvage, mais elle garda de son père sa peau pâle et le reste. Ils vécurent  heureux pendant de longues années, loin de la civilisation. La petite fille reçu de sa mère une très bonne éducation. Elle lui apprit à lire et écrire, mais aussi à éveiller ses sens à l’art, lui faisant découvrir la musique et la danse. Sur les recommandations de son père, elle familiarisa sa fille avec le maniement de l’arc, elle-même étant une très grande archère dans son peuple.

  En grandissant, la petite fille gagnait en beauté, et sa mère n’en était pas peu fière. Ils nageaient tous les trois dans une bulle de bonheur. Mais leur petit paradis vola en miettes. Sa mère mourut d’un brutal arrêt du cœur. La petite fille avait douze ans à l’époque. Elle essaya avec son père de se reconstruire, là, dans la petite maison près de la rivière. Mais la présence de la disparue hantait la demeure. Ils n’arrivaient plus à dormir. Il fallait partir, fermer la porte et tourner la page. C’est ce qu’ils firent un jour d’été. Le père de Serena brûla la maison, cette petite maison paradisiaque qui avait été le symbole du bonheur. Alors que les flammes s’élevaient dans le ciel, Serena comprit douloureusement que la notion de bonheur n’était qu’éphémère,  et que celui ci ne pouvait exister sans le malheur.

  Ils emménagèrent à Al-Vor trois jours plus tard, dans une sorte de maison qui ne tenait plus vraiment debout, mais toujours habitable. Le père de la fillette tenta de reprendre son métier de forgeron, mais il échoua. Personne ne lui faisait confiance. Son visage blafard, ses yeux injectés de sang, repoussaient tous les commerçants. C’est à peu près à cette époque là que Serena appris que son père buvait. Il se rendait dans les bars tous les soirs, pour noyer sa tristesse dans l’alcool. Peine perdue... Pendant plus de trois ans, ils vécurent dans la quasi-misère, le père dépensant leurs maigres revenus dans la beuverie, mais empêchant sa fille de trouver un travail. « Ce n’est pas pour toi, tu es trop jeune, tu es trop faible », répétait-il inlassablement. Elle fut obligée de désobéir. Trouvant un métier de messagère, elle travaillait le jour, et revenait le soir avant son père, et déposait son maigre salaire dans le petit coffre du placard de son père qui contenait tout ce qu’il avait. Son père ne le sut jamais.
  Leur condition ne s’améliorerait jamais. Son père empirait. Serena embellissait. Qu’il ne fasse rien pour se reprendre, malgré les efforts qu’elle faisait de son côté pour lui trouver un emploi, rendait la jeune fille malade. Il ne se souciait même plus d’elle. C’est comme s’ils vivaient dans deux mondes différents.

  A l’adolescence, elle devint aussi belle que sa mère. Beaucoup d’hommes se retournaient sur son passage quand ils la croisaient dans la rue. Serena faisait plus vieille que ses quinze années, et elle avait déjà des formes, ce qui attirait pas mal l’attention. Elle aurait voulu ne pas avoir affaire à eux si tôt. Mais à un moment, elle fut obligée de se rapprocher des maisons de plaisir. Son père et elle avaient besoin d’argent et elle savait comment en obtenir. Elle obtint de quoi faire dans une maison réputée sans grand problème. Son travail ne consistait pas à vendre son corps, mais seulement la vue de son corps. Elle dansait sur scène, vêtue de voiles presque transparents, mais qui cachaient ce qu’il fallait cacher. Elle faisait cela le soir, revenait à la maison à l’aube, et avec beaucoup plus d’argent qu’elle ne pensait recevoir. Certes, il y avait eu un temps d’adaptation. Mais elle n’était pas une fille pudique, et le fait de danser, qu’elle soit peu habillée ou non, lui plaisait plus que tout.

  Au fur et à mesure des années, sa « carrière » évolua. Lors de sa dix-septième année, elle quitta la maison de joie. Elle fut engagée chez des particuliers, ravis de sa jeunesse et de sa beauté exceptionnelle, juste le temps d’une seule nuit. Cela lui plaisait, les clients étaient plutôt gentils avec elle et elle pouvait s’enfuir à tout moment si le monsieur en question dépassait les bornes. En revenant un matin chez elle, après une nuit de travail, elle retrouva son père, étendu, dans la cuisine. Une bouteille à la main. Il était mort.
  Étrangement, Serena ne le pleura pas. Ils s’étaient tellement éloignés ces dernières années, que son affection pour lui, leurs liens, s’étaient dissipés comme des nuages de fumées. Ce matin là, la jeune femme emballa ses affaires, prit tout l’argent restant, et quitta son foyer, qui n’en était plus un depuis longtemps. Elle emménagea l’après-midi de la même journée dans un logement confortable.

  Sa vie continua. Et elle connu le bonheur pendant une petite période sa vie... Elle rencontra son premier amour l’année de ses dix-huit ans. Il s’appelait Daniel Sil’Horan, noble d’une riche famille et âgé d’environ trente ans. Il était beau, charmeur, gentil, attentionné... Il l’avait remarqué le jour de la foire d’Al-Vor et était tombé éperdument amoureux d’elle. Tous les deux avaient fait connaissance après le spectacle, puis avaient parlé, beaucoup. Serena avait l’impression qu’il la comprenait. Les jours passèrent et ils furent rapidement ensemble. Habitants chez lui, dans le luxe et la sécurité, ils s’aimèrent passionnément pendant environ quatre mois. C’était la période où elle se sentit très bien. Elle se sentait désirée, aimée. Son existence lui plaisait, elle avait même un soupçon d’espoir dans le futur. Mais irrémédiablement, le malheur frappa, et Daniel se fiança à une belle noble, pour hériter de sa dot impressionnante. Serena quitta la riche maison et replongea dans l’ombre. Elle avait pensé que, cette fois, cette unique fois, le malheur ne s’abattrait pas sur elle, mais encore une fois, elle s’était faite des illusions. Adieux les espoirs.

  Et ce fut comme ça que se déroula sa vie durant deux longues années. Elle suivait sa routine habituelle, tous les jours, inlassablement. Se lever, aller danser la journée avec la troupe d’artistes d’Al-Vor, charmer les hommes, avoir des aventures d’une nuit avec eux, se réveiller le lendemain, rentrer chez elle ; puis recommencer. Encore et encore.
  Sauf qu’elle n’en pouvait plus. L’habitude, ce qu’elle faisait avec les hommes, tout, l’oppressaient horriblement. Elle s’était réduite à ça. Elle n’avait pas eu le choix, certes, mais elle avait honte. Non, elle était furieuse contre elle, contre les classes sociales, contre la pauvreté, contre son manque de liberté. Pourquoi ne pouvait-elle pas être heureuse ?

Informations personnelles

Croire en soi c'est déjà quelque chose | Moi
Pseudo : Ebenelle (ou Eb, ça marche très bien aussi)
Age réel : QUI VEUX UN COOKIE ?
Pays d'origine : France, direction le Nord glacial

Parlez-nous de vous : Que dire ? Je rp depuis quelques temps déjà, mais c'est mon premier RPG forum (disons que je me suis inscrite dans plusieurs forums mais l'ambiance...on n'en parle pas). Je suis super ouverte aux messages en tout genre, j'suis trop bavarde même parfois. N'hésitez pas non plus à m'envoyer des demandes pour rp ensemble, je serai super contente x). Sinon, j'aime les fraises et les pâtes à la carbo *o* -merci pour vos cookies-
Familier avec l'univers de Pierre Bottero? : Absolument dingue de Pierre Bottero, j'ai commencé à le lire en 5ème, et j'ai du relire tous les livres une bonne dizaine de fois, pour certains. J'voulais faire autre chose qu'une Marchombre sur le RPG, mais mon amour pour le Pacte des Marchombres m'a obligééé (moi soumise ? N'importe quoi !)

Comment avez vous connu le forum ? : Une recherche sur Google o/
Un commentaire sur le forum ? : J'aime beaucoup la façon dont vous avez fait le contexte, c'est super bien d'avoir mis une Encyclopédie pour les gens qui ne connaissent pas l'univers, et on voit que ça a demandé du travail ! Sinon je suis amoureuse du thème et de l'ambiance ici, les gens sont trop gentils, et j'aime les cookies :3

Demande particulière : Rien rien rien


Voir le profil de l'utilisateur http://dakeris-rpg.forumactif.org/
avatar
Alec Ezilea
Lieutenant Frontalier
Bienvenue sur le forum! hellooo!
*tend un plateau de cookies au chocolat à Serena*

J'ai bien hâte de voir cette fiche! Et je te souhaite déjà bonne chance pour te trouver un maitre marchombre houray

Si jamais tu as des questions ou des demandes n'hésite pas à les poser! D'ailleurs, si tu cherche un coup de main pour te trouver ou te faire un avatar, tu peux m'envoyer directement un MP, il me fera plaisir de t'aider^^.

Petite notice en passant, ton pseudo doit être le prénom et le nom de famille de ton personnage. Tu peux facilement effectuer la modification en allant dans ton profil » informations. :3

Bref, bienvenue encore, bonne chance pour ta fiche et j'espère que tu te plaira ici!
Hug




Administratrice aux cotés de Syane Ril'Devah
Aperçut de mes personnages:
Voir le profil de l'utilisateur http://dadou34.wix.com/danicka-raymond
avatar
Aelya Ceriosé
Marchombre
Bienveeeeenue Camaaaaaradeeee ! hellooo! houray
*Tend des cookies, pancakes, bouée canard & chaton mignon à Serena*

J'espère que tu te plairas sur le forum ! :D
Bon courage pour ta fiche, j'ai hâte de la lire ! WTFOMG


« Je chante et pleure, et veux faire et défaire,
J’ose et je crains, et je fuis et je suis,
J’heurte et je cède, et j’ombrage et je luis,
J’arrête et cours, je suis pour et contraire. »
[Abraham de Vermeil]


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lasbelin-D. Ster
Légionnaire Noire
Serena  houray

Spoiler:

Welcome you, darling, may be the pleasure follow you all your life around us. <3

Ton personnage s'annonce classe. ** J'ai hâte de voir sa fiche et sa bouille en Rp. Et un de ces jours, on essayera de se créer un petit lien, si ça peut te faire plaisir. 8D
Et en attendant, je te souffle du courage pour la rédaction de ta fiche. À très vite sur la Cb ! ♥






Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Syane Ril'Devah
Frontalière
Et bah, ça regorge d'amour tout ces messages ! ^^

Bon sinon, bienvenue à toi !
N'hésite pas à venir nous trouver si tu as des questions, des problèmes, etc... :P


Voir le profil de l'utilisateur http://www.ewilanrpg.com
avatar
Serena Quinn
Apprentie Marchombre
*accepte avec gratitude les cadeaux des gentils gens  thatlook *
 
Olala vous êtes tous trop gentils ! C'est rare les forums où les gens accueillent les nouveaux comme ça, ça fait chaud au cœur ! ^^  Aww 


Je serai super ravie de faire des liens avec vos persos, j'oublie pas :3

Merci encore Hug




« La parole humaine est comme un chaudron fêlé
où nous battons des mélodies à faire danser les ours,
quand on voudrait attendrir les étoiles. »
Voir le profil de l'utilisateur http://dakeris-rpg.forumactif.org/
avatar
Eleanor Nil'Lysah
Maître Marchombre
Bienvenue Serenaaaaaa ! Happy 2

Une marchombre, une machombre, une marchombre pompom On va tous les gouverner 8)

Ton avatar est juste magnifique, d'ailleurs In love

Et n'hésite pas pour des rps, des calins, des gâteaux et tout le reste Happy 2



Merci merci merci merciiiiiiiiiii Aki !!! ♥

I'm a Gourou. The Gourou Of Music. Cool !



Tous mes moi:


PAILLEEEEEEEEEEETTES:
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.jeun.fr
avatar
Serena Quinn
Apprentie Marchombre
Hey, merci de ton message ça me fait super plaisir ! Happy 2

Héhé, les marchombres sont les meilleurs c'est bien connu x) -pas tapez-
Mon avatar, oui, Aki a fait un truc merveilleux *^*
Pour les rp, j'espère qu'on se croisera, je serai contente de rp avec toi  



« La parole humaine est comme un chaudron fêlé
où nous battons des mélodies à faire danser les ours,
quand on voudrait attendrir les étoiles. »
Voir le profil de l'utilisateur http://dakeris-rpg.forumactif.org/
avatar
Invité
Invité
Une fiche mystère thatlook  
Bienvenue parmi les marchombres^^
J’espère qu'on auras l'occasion de RP ensemble, ton perso m’intéresse pas mal ;)
Et moi, pour ne pas rester en reste, je t’offre un cuissot de coureur à point !
avatar
Serena Quinn
Apprentie Marchombre
Hey, merci !
-et merci pour le cuissot de coureur, ça me fera un très bon dessert o/ -
Je serai super contente de RP avec toi, on en parle quand tu veux (et quand j'aurai fini ma fiche u_u) xD



« La parole humaine est comme un chaudron fêlé
où nous battons des mélodies à faire danser les ours,
quand on voudrait attendrir les étoiles. »
Voir le profil de l'utilisateur http://dakeris-rpg.forumactif.org/
Contenu sponsorisé
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum